Adenlab

Google remplace FLoC par l’API Topics : Ce que vous devez savoir !

Avec la dépréciation des cookies tiers, Google s’est efforcé de trouver un moyen de préserver la confidentialité tout en diffusant des annonces pertinentes – une solution gagnante pour les annonceurs et les consommateurs. Sa solution initiale était FLoC, mais l’API Topics va maintenant prendre le relais en tant que nouvelle star du ciblage sans cookies. Article traduit et interprété de « Google Replaces FLoC with Topics API: What You Need to Know » par Susie Marino

Le TL;DR

  • FLoC est en train d’être remplacé par l’API Topics comme une meilleure solution pour la publicité basée sur les intérêts mais respectueuse de la vie privée.
  • Au lieu d’attribuer des cohortes aux utilisateurs, elle leur attribuera des sujets, qu’ils pourront voir et modifier.
  • Les annonceurs y voient un compromis mais s’inquiètent de la diversité des sujets.

Qu’est-ce que la publicité basée sur les intérêts ?

Pour comprendre ce qui se passe, vous devez d’abord savoir ce qu’est la publicité basée sur les intérêts (IBA). La publicité ciblée par centres d’intérêt consiste à diffuser des annonces à un utilisateur en fonction de ses centres d’intérêt, qui sont déduits des sites qu’il visite. Cela permet aux annonceurs d’atteindre les bons publics et aux utilisateurs de voir des publicités pertinentes. Cependant, ces informations sont souvent recueillies par des cookies tiers qui, comme nous le savons tous, ne respectent pas la vie privée et sont en voie de disparition.

Qu’est ce que FLoC ?

FLoC (Federated Learning of Cohorts) était la solution initiale de Google pour le ciblage par centres d’intérêt sans cookies tiers.
Nous vous présentons ici tous les détails de FLoC, mais en gros, il s’agissait de répartir les utilisateurs en cohortes chaque semaine en fonction de leur historique de navigation, puis de renvoyer ces cohortes anonymes aux sites Web à des fins publicitaires. Mais FLoC avait des défauts, comme le manque de clarté et de transparence du point de vue de l’utilisateur et plusieurs risques sérieux de sécurité. L’API Topics a pour but d’éliminer la plupart de ces problèmes.

Qu’est-ce que l’API Topics ?

Le 25 janvier 2022, Google a annoncé que FLoC était remplacé par Topics API, qui constitue une meilleure solution pour la publicité ciblée par centre d’intérêt, sur la base des informations et des commentaires de la communauté issus des essais FLoC antérieurs. La principale différence entre FLoC et Topics API est qu’au lieu d’attribuer aux utilisateurs des identifiants de cohorte chaque semaine, elle leur attribuera trois à cinq sujets d’intérêt possibles toutes les trois semaines, sur la base de leur historique de navigation. L’API communiquera ensuite trois de ces sujets aux sites participants, qui pourront ensuite les utiliser à des fins publicitaires.
Par exemple, un site traitant du ski et du snowboard serait placé dans la catégorie « Sports ». Les sujets sont définis de manière à exclure les catégories potentiellement sensibles (race, orientation sexuelle, religion, etc.). Il existe actuellement 350 thèmes, mais ce nombre devrait atteindre des centaines, voire des milliers. Les sites peuvent refuser de se voir attribuer un thème et les utilisateurs pourront voir les thèmes qui leur sont attribués.

Ce que la communauté PPC dit de l’API Topics

L’API Topics peut définitivement être un défi à digérer, et les experts en PPC ont déjà beaucoup à dire.
Voici quelques commentaires recueillis sur la base de la communauté ppc:
Encourageant, mais des informations supplémentaires sont encore nécessaires
Aaron Levy, responsable de la recherche payante chez Tinuiti, félicite Google pour avoir tenté de trouver un compromis heureux entre l’utilisateur et l’annonceur, même si la plateforme ne nous a pas donné toutes les réponses.
TLDR : Beaucoup de flou est encore présent, mais il est encourageant de voir que Google travaille avec un feedback plus large de l’industrie et travaille vers la stabilité.

Dans l’article de Search Engine Land, Aaron poursuit :

C’est étrange d’appeler cela un avantage, mais je considère que tout ce qui est lancé avec une plus grande probabilité de stabilité et une moindre probabilité d’opt-out de masse est une victoire.
En effet, il n’y a pas moyen de contourner l’extinction des cookies tiers. À ce stade, la communauté PPC prendra ce qu’elle peut obtenir.

Pas une grande surprise

Un sentiment plus neutre ici, par Simon Harris, directeur du Trade Desk chez DPG Media, n’est pas surpris, compte tenu de l’historique de ces efforts, et trouve que c’est :
Une approche de bon sens

Voici ce qu’il dit dans ses Tweets :

Les gens parlaient de cette approche (il y a longtemps, avant l’OG), à tel point que j’ai d’abord pensé, à tort, que c’était la voie que Google allait suivre. J’ai supposé qu’ils ne le feraient pas, car cela aurait été considéré comme anticoncurrentiel pour quiconque pourrait donner du sens et de l’argent à partir d’un identifiant de cohorte et de données Bidstream.
Il est intéressant de voir que Google a bouclé la boucle puisque les sujets pré-canalisés ont été discutés avant la première OG. Du point de vue du consommateur, il est bon de voir qu’ils adoptent ici une approche de bon sens.
Google en parlait déjà au mois d’août et les rumeurs se sont accumulées pendant des semaines. Ce n’est donc pas vraiment une surprise.
Le full tweet est ici
Cela va dans le sens de la remarque précédente d’Aaron, selon laquelle il fallait trouver une solution intermédiaire. FLoC était déjà connu pour ses problèmes, ce n’était donc qu’une question de temps avant que Google ne publie une autre proposition, comme Topics.

Les Préoccupations concernant la précision du ciblage des sujets

De nombreux annonceurs estiment que la liste des sujets est loin d’être aussi précise qu’ils le souhaiteraient. Pour être juste, Google ne pourrait créer qu’un nombre limité de sujets avant que sa liste ne devienne trop spécifique. Si les annonceurs souhaitent que les choix de catégories de sujets soient plus précis, cela pourrait conduire Google à s’enfoncer dans piège pour répondre aux besoins de chaque marché de niche. Cela étant dit, Jayesh Easwaramony, fondateur de Spectra Global, affirme que le ciblage va empirer et donne cet exemple.
Bien qu’il soit amusant de rire de cette bande dessinée qui montre l’étendue de la catégorie des sujets de fitness, la préoccupation est valable. Une personne qui navigue sur un site Web consacré au fitness le jour de l’an est complètement différente d’une personne qui travaille comme entraîneur personnel. Il y a de fortes chances pour qu’elles soient également clientes de différents commerces.

Ce que vous pouvez faire

Vous vous demandez ce que tout cela signifie pour votre propre stratégie publicitaire ?

Essayez les étapes suivantes :
  • Collectez vos propres données. Il existe de nombreuses façons de collecter des données de première partie et même des données de zéro partie (il s’agit de la quatrième place dans notre liste des tendances marketing de 2022).
  • Restez au courant des mises à jour de l’API Topics. Google a une page dédiée au Privacy Sandbox et nous vous tiendrons également au courant !

API Google Topics : TBD

La valeur et le projet Topics est en devenir mais pas sure que ce soit l’avennir. Il y a essentiellement trois points à retenir ici : Sommes-nous surpris ? Non. Les sujets sont-ils trop larges ? Oui. Avons-nous d’autres choix que de l’essayer ? Non. Bien que l’initiative Topics soit nécessaire de la part de Google, il est encore trop tôt pour savoir dans quelle mesure elle sera bénéfique aux annonceurs.

Quand l’API Topics sera-t-elle lancée ?

Dans son annonce, Google a indiqué qu’il lancerait « bientôt » une version d’essai de Topics et des contrôles utilisateur dans Chrome, afin que « les développeurs et le secteur de la publicité puissent l’essayer ». La conception finale des contrôles utilisateurs et les autres aspects techniques du fonctionnement de Topics seront décidés en fonction de vos commentaires et de ce que nous apprendrons lors de l’essai.

Combien de sujets y aura-t-il ?

Google estime actuellement qu’il y en aura environ 350 pour commencer, mais s’attend à ce que le nombre final de sujets atteigne quelques centaines ou milliers.

Les utilisateurs peuvent-ils voir quels sont leurs sujets ?

Oui, vous aurez un contrôle total sur cette fonctionnalité, car vous pourrez voir les sujets, supprimer ceux que vous n’aimez pas et même les désactiver complètement. Chrome partage également une liste complète des sujets disponibles.

Que sont les « sites Web participants » ?

Il s’agit des sites Web qui finissent par utiliser l’API des rubriques, c’est-à-dire qui autorisent Google à leur attribuer une rubrique. Les sites peuvent refuser de se voir attribuer un thème, mais ils ne recevront pas non plus de données sur les thèmes.

Quelles sont les données utilisées pour déterminer les rubriques ?

En fait, Google attribue des thèmes aux sites Web et vous attribue un thème en fonction des sites que vous visitez le plus souvent. Google écrit : « Le calcul des rubriques les plus fréquentes s’effectue entièrement dans le navigateur, sans partage des données avec des serveurs externes. Les sujets résultants peuvent être envoyés à des serveurs de manière anonyme à des fins d’analyse de sensibilité et d’abus. »

Le guide ultime des Annonces Local Services de Google Ads

La portée de Google peut s’étendre au monde entier, mais pour certaines recherches, et surtout les recherches pour les services de proximité, proche de chez vous, vous avez besoin d’une solution dans notre propre quartier (et rapidement) !

La personnes qui voit son évier déborder ne peut pas attendre qu’un plombier vienne de l’autre côté de la France…

Or les entreprises qui proposent de services de proximité ont souvent du mal à convertir ces potentiels clients avec de simples annonces textuelles sur Google.

C’est pourquoi ces mêmes entreprises devraient se réjouir des solutions qu’ offre Google Ads : les annonces de Local Services :

 

 

Les annonces de Local Services de Google Ads constituent un excellent complément aux stratégies de référencement local si vous proposer des services de proximités (les serruriers, les plombiers, les professionnels des portes de garage, les électriciens et les services de chauffage, ventilation et climatisation.)

Avec Local Services de Google Ads, lorsqu’un internaute saisit une requête de recherche locale (telle que celle ci-dessous), plusieurs professionnels s’affichent, juste au-dessus des annonces de recherche payante traditionnelles.

Ces annonces affichent le numéro de l’entreprise, les heures d’ouverture, les évaluations et avis laisser par ses clients.

 

 

Ce type de campagnes locales de Google Ads s’affichent sur les ordinateurs, les tablettes et les mobiles.

Ces annonces seront également proposées dans la réponse de l’assistant Google sur les recherches vocales !

Télécharger notre livre blanc

A qui s’adressent les Annonces Local Services de Google Ads ?

Aujourd’hui, Google propose les Annonces Local Services pour les secteurs suivants :

  •   Aide ménagère
    
  •   Aménagement paysager
    
  •   Bardage
    
  •   Clôtures
    
  •   Collecte de déchets
    
  •   Constructeurs de piscines
    
  •   Couverture
    
  •   CVC
    
  •   Déménagement
    
  •   Diagnostics immobiliers
    
  •   Entreprise générale
    
  •   Entretien de pelouses
    
  •   Entretien de piscine
    
  •   Extermination des nuisibles
    
  •   Fondations
    
  •   Homme à tout faire
    
  •   Menuiserie
    
  •   Nettoyage de tapis/moquettes
    
  •   Nettoyage de vitres
    
  •   Plomberie
    
  •   Réparation d'appareils électroménagers
    
  •   Revêtement de sol
    
  •   Services d'arboriculture
    
  •   Services de déneigement
    
  •   Services de restauration après un dégât des eaux
    
  •   Services électriques
    
  •   Services liés aux fenêtres
    
  •   Services liés aux plans de travail
    
  •   Services liés aux portes de garage
    

Tous les services ne sont pas pris en charge sur tous les marchés
Pour connaitre votre éligiblité, vous pouvez vous rendre sur les pages d’aide de Google Local Services et vous inscrire au programme ici

Quels sont les avantages des annonces Local Services de Google ads?

Les annonceurs qui utilisent les campagnes Google Ads traditionnelles savent qu’il est cher de payer pour un clic qui ne convient pas ou qui ne convertit pas (En effet les annonceurs de services locaux payent souvent les Coût par CLics parfois plus de 5 fois le coût moyen par clic dans Google Ads).

Les campagnes locales de Google Ads permettent de mettre en relation les potentiels clients avec le bon annonceur et d’éviter les erreurs de correspondance qui se produisent souvent lorsqu’un utilisateur recherche des termes généraux pour un service très spécifique ou pour une localité située en dehors de la zone de service d’une entreprise.

Avec Les Annonce Local Services, les annonceurs de services proximités ne sont facturés que pour les leads valides.

Si vous recevez un lead frauduleux, un spam ou une mauvaise correspondance, vous pouvez même contester la facturation pour obtenir un crédit.

Comment gagnez la confiance des internautes grâce au badge « Protection Google » ?

💡
Les annonces de Local Services apparaissent avec une coche verte à côté de la « Protection Google ».


Au-delà du simple fait d’attirer l’attention des utilisateurs, cela permet aux entreprises de bénéficier de la garantie de Google.

En effet, les utilisateurs font confiance à Google, et sa recommandation ne se limite pas à sa réputation.

Et oui … La garantie « Protection Google » protège les clients insatisfaits jusqu’à 1 500€ en France sur les travaux effectués via les annonces de services locaux. Retrouvez plus de détail sur cette garantie offerte et assuré par Google ici

💡
Vos évaluations et commentaires positifs sont mis en évidence


Chaque annonce Local Services comprend des évaluations et des avis d’anciens clients afin de vous aider à gagner la confiance des internautes.

Actuellement les annonces Local Services sont l’un des rares moyens pour faire apparaître vos avis dans les moteurs de recherche.

💡
Étendez la portée de vos annonces de recherche payante


Vous remarquerez que les annonces de Local Services de Google Ads sont situées au-dessus des annonces payantes traditionnelles et des résultats organiques.

Cela s’explique par le fait que les annonces Local Services de Google ne sont pas destinées à remplacer vos annonces de recherche traditionnelles, ni même votre référencement naturel local.

💡
Soyez inclus dans les réponses des recherches vocales


Avec plus de 20 % de toutes les recherches provenant de la recherche vocale, les annonces de services locaux représentent l’un des rares moyens de vous assurer que vous allez être trouvé sur les multiples appareils alimentés par Google Assistant.

💡
Pas d’annonces ou de mots-clés à gérer


Les annonceurs de recherches payantes savent que la recherche de mots clés et les tests d’annonces peuvent être des tâches très longues. Or les campagnes Local Servies de Google Ads ne nécessitent aucun d’entre eux!!

Ces campagnes se déclenchent automatiquement lorsqu’un client recherche l’un des milliers de termes de recherche pertinents, qu’ils soient aussi larges que « plombier » ou aussi spécifiques que « robinet qui fuit sous l’évier ».

Le format de l’annonce sera automatiquement créé à l’aide des informations contenues dans le profil de votre entreprise.

Comment lancer vos campagnes et annonces Local Services de Google Ads ?

💡
Confirmez votre admissibilité :


Les campagnes Local Services ne sont disponibles que pour certains secteurs et sur certains marchés.

Pour savoir si vous pouvez deployer les Annonces Local Services, confirmez d’abord votre type d’entreprise et votre localisation.

Si vous remplissez les conditions requises, vous serez guidé pour créer un compte afin de gérer vos annonces de services locaux.

Ces annonces sont gérées séparément des annonces que vous créez dans Google Ads ou Google Ads Express, vous devrez donc créer un nouveau compte.

💡
Créez votre profil d’entreprise


Votre profil Google pour les Annonces Local Services est différent de votre compte Google My Business, qui est lié à votre fiche locale sur Google (si vous ne l’avez pas encore fait, notez que vous devez également créer et optimiser ce compte).

Ainsi, votre profil d’entreprise pour ces annonces déterminera les offres de services qui seront associées à vos annonces de services locaux.

Soyez claire quant au type de services que vous êtes en mesure d’offrir et aux domaines dans lesquels vous souhaitez obtenir des leads.

À partir de votre profil d’entreprise, vous pouvez modifier

  •   Votre budget hebdomadaire
    
  •   Vos heures d'ouverture
    
  •   Vos domaines de service
    
  •   Vos types de services
    

Vous avez également la possibilité d’ajouter des mises en avant à votre profil d’entreprise, qui seront éventuellement affichées à côté de vos annonces et sur la page de détails de votre entreprise.



Comment gérer vos leads entrants et vos opportunités de business ?

Une fois que votre profil d’entreprise est complet, vous pouvez lancer vos annonces et commencer à collecter de nouveaux clients potentiels.

À partir de votre tableau de bord, vous pouvez accéder à l’onglet « lead » via le menu déroulant situé dans le coin supérieur droit.

N’oubliez pas que les leads (clients potentiels) ne sont pas forcément des clients confirmés ! De fait, veillez à assurer le suivi de vos leads entrants.

Après avoir sélectionné un prospect, vous pouvez consulter les détails de ce dernier, notamment le besoin (« job type ») et le lieu, et écouter l’enregistrement de l’appel.

Après avoir examiné ces leads, vous disposez de trois options pour assurer le suivi:

  • Répondre au client en envoyant votre message sous forme de courriel ou de sms au client.
  • Appelez le client avec le numéro de téléphone qu’il a indiqué.
  • Refuser la demande. Si vous refusez la demande, elle sera supprimée et le potentiel client en sera informé. Vous pouvez envoyer une réponse contenant de plus amples informations sur les raisons pour lesquelles la demande a été refusée. Une fois refusées, les demandes peuvent être récupérées en cas de changement.

Gestion de votre budget

À partir de votre profil d’entreprise, vous pouvez ajuster le budget de vos annonces. Vous pouvez gérer le montant que vous souhaitez consacrer à vos annonces de en augmentant ou en diminuant votre budget hebdomadaire moyen.

Étant donné que vous êtes facturé au coût par leads – et non par clic – avec les campagnes Locales Services de Google Ads, l’augmentation ou la diminution de votre budget aura un impact direct sur le nombre de leads entrant que vous générez.

N’oubliez pas que votre budget pour les annonces est distinct de votre budget Google Ads.

####Classement des annonces

Même avec ces nouvelles annonces Local Services, l’espace est toujours limité sur le moteur de recherche !

Cependant, contrairement à vos annonces de recherche où vous devez vous préoccuper du score de qualité de votre annonce – formulé par une combinaison du CTR de votre annonce, de sa pertinence et de la page de destination, vous n’avez pas à vous soucier de ces facteurs de classement.

Au lieu de cela, Google calcule le classement de vos annonces de services locaux en prenant en compte les facteurs suivants :

  •   Votre proximité par rapport aux emplacements des clients potentiels
    
  •   Votre score d'évaluation et le nombre d'évaluations que vous recevez
    
  •   Votre réactivité aux demandes de renseignements et aux requêtes des clients
    
  •   Vos heures d'ouverture.
    
  •   L'existence ou non de plaintes sérieuses ou répétées concernant votre entreprise.
    

Obtenir des avis

Les avis jouant un rôle important dans le classement de vos annonces, il est particulièrement important de veiller à recueillir les avis de vos clients satisfaits.

Heureusement, Google vous permet de contacter facilement les clients qui prennent rendez-vous par le biais de vos annonces pour leur demander des avis.

Dans l’onglet « Avis » de votre gestionnaire d’annonces de services locaux, vous pouvez passer en revue les travaux que vous avez effectués pour vos clients et leur demander directement de laisser un avis sur Google à votre sujet.

Veillez à personnaliser le message pour vos clients afin d’augmenter la probabilité qu’ils laissent un avis sur vous !

Il ne vous reste plus qu’à vous lancer maintenant et acquérir de nouveaux clients, proche de vos établissements !
Sinon n’hésitez à nous contacter pour mettre en place une stratégie Locales pour votre entreprise.

Comment créer des audiences Facebook incroyablement performantes ?

La création d’audiences Facebook pour optimiser les campagnes facebook ads n’a rien de sorcier, mais avec les possibilités quasi-infinies d’options de ciblage disponibles, ça peut devenir complexe. Pour réussir vos campagnes publicitaires, promouvoir vos produit et obtenir un bon ROI sur Facebook (retour sur investissement de vos dépenses publicitaires), il faut concentrer votre budget de manière à ce que seules les audiences pertinentes et qualifiées voient vos publicités. Alors comment trouver les bons publics sur Facebook, quel que soit votre secteur et votre type d’activité ? Dans cet article nous allons vous expliquer : • Comment fonctionne le ciblage sur Facebook • Comment optimiser vos ensembles de publicités pour en assurer le succès • Et comment utiliser Facebook Business Suite pour en savoir plus sur vos prospects C’est parti !

Introduction au ciblage d’audience sur Facebook

En général, une personne qui tape « acheter des stylos à pointe fine » sur Google est à la recherche d’ustensiles d’écriture particulièrement fins.
Mais sur Facebook, alors qu’un éventail incroyable d’informations peut être exploité pour créer des audiences hyper-granulaires, la composante intentionnelle n’est généralement pas présente. En effet, Facebook ne propose pas le ciblage par mot-clé. Vous devez définir une audience sensible à vos produits à laquelle vous souhaitez diffuser vos publicités. C’est un changement total de paradigme par rapport aux campagnes Google Ads. Cela ne veut pas dire que la publicité sur Facebook n’est pas utile. Bien au contraire. C’est une source d’opportunités pour tous les annonceurs, B2C et B2B. Facebook vous permet d’attirer des audiences et des personnes intéressés par vos produits ou services et de les nourrir par un contenu dynamique et attrayant, de l’exposition initiale jusqu’au jour où vous pouvez conclure une affaire. Bien entendu, pour être efficace, il faut avoir une connaissance approfondie des personnes que vous ciblez et, surtout, de la manière dont vous les ciblez. Il s’agit de trouver un équilibre entre des audiences larges et audience spécifiques, en transformant efficacement vos efforts publicitaires sur Facebook en un entonnoir marketing autonome.

Faites découvrir votre marque et vos produits avec un ciblage large de Facebook

Cibler des audiences larges avec les publicités Facebook est la meilleure solution pour les nouvelles campagnes, la sensibilisation à la marque et la collecte de données.
Le ciblage élargi donne à Facebook une bonne part de pouvoir. Il faut lui faire confiance pour déterminer de manière algorithmique quels sous-ensembles de l’humanité pourraient convenir à votre produit ou service. Bien qu’il puisse être effrayant de ratisser large, cette approche peut vous aider à trouver des clients potentiels dont vous n’auriez jamais soupçonné l’existence autrement. Vous pouvez également utiliser les données que vous glanerez en ciblant un large public pour formuler des publics plus spécifiques en aval de l’entonnoir de conversion. Un ciblage large, suivi d’une recherche dans Facebook Business Suite et vos rapports vous permettront de dresser un meilleur portrait des utilisateurs de Facebook qui interagissent avec vos publicités de manière positive. En utilisant les caractéristiques démographiques et psycho graphiques qui se chevauchent, vous pouvez associer de nouvelles audiences principales optimisées à des créations publicitaires ciblées afin de susciter davantage de conversions.

Le ciblage large d’audience Facebook en action

Imaginons que vous vendiez des bonnets de haute qualité à des personnes vivant aux États-Unis. Ils sont tissés à partir du fil d’alpaga le plus soyeux. Ils sont munis d’un petit patch en cuir orné de votre logo. Ils sont vendus au détail pour 59 dollars. Vous cherchez à faire passer votre marque de vêtements tendance Urbain / Hipster au niveau supérieur. Il est temps de commencer à faire connaître la marque, et il n’y a pas de meilleur moyen de le faire que de faire de la publicité et vos campagnes Facebook. Maintenant, il serait insensé de cibler des personnes de tous âges à travers toute la France…
audience géographique Facebook
audience géographique Facebook
sélection d'audience géographique Facebook
sélection d’audience géographique
Maintenant, quelques mises en garde. Vous n’allez pas vous contenter de ce ciblage à perpétuité. L’objectif est de l’utiliser pour informer certains publics plus ciblés auprès desquels vous ferez de la publicité avec des créations attrayantes et spécifiques. Considérez ce ciblage large comme l’équivalent pour Facebook du réseau Display ou d’un panneau d’affichage bien placé. En associant cette stratégie de collecte d’informations et de création de marque à un ciblage plus axé sur les ventes en aval de l’entonnoir, vous pourrez créer un flux constant de prospects pour votre entreprise. Cela ne devrait pas occuper une grande partie de votre budget publicitaire global, mais en allouant un pourcentage de vos dépenses Facebook à des audiences larges comme celle-ci, votre entreprise pourra bénéficier de l’intelligence de l’algorithme publicitaire de Facebook.
🤨
Qui devrait cibler un public large sur Facebook ? Tout le monde !
Le ciblage élargi exposera votre marque à de nouveaux prospects : des personnes qui n’auraient jamais entendu parler de vous autrement. Ceci étant dit, votre publicité et votre offre devront s’aligner sur l’absence d’intention de vos audiences élargies. Votre objectif ici n’est pas de vendre un bonnet ou de conclure une affaire le jour même : il s’agit de gagner en visibilité et de remplir votre entonnoir. À partir de là, vous pouvez créer de nouvelles audiences personnalisées, en orientant les utilisateurs de Facebook vers un achat à mesure que vous en apprenez davantage sur leurs caractéristiques, leurs désirs et leurs besoins. Même si vous obtiendrez probablement un engagement plus élevé en utilisant un ciblage large (simplement en raison du nombre de personnes que vous atteindrez), la majorité de votre budget publicitaire Facebook doit être affectée à des audiences ciblées qui auront une valeur commerciale réelle. En parlant de cela…

Optimisez votre ROI avec les audiences spécifiques de Facebook

Cibler des audiences spécifiques avec les publicités Facebook est le meilleur moyen d’obtenir des conversions rentables. En effet, en ciblant les audiences spécifiques, vous donnez à Facebook un ensemble de paramètres stricts pour qu’ils diffusent votre ensemble de publicité à un sous-ensemble d’utilisateurs potentiellement intéressés par votre offre et vos produits.
Voici quelques-unes des façons dont vous pouvez définir ces publics plus spécifiques : • Dressez une liste des postes professionnels que vos clients ont tendance à occuper, associez-la à une affinité pour des produits que vous vendrez, ex: Food ou Culturels, puis superposez le tout à des lieux spécifiques. • Exploitez les audiences personnalisées en fonction des actions effectuées sur votre site Web, comme l’inscription à votre newsletter, le temps passé (long) sur votre site ou bien sûre ceux qui abondonnent leur pannier. • Créez une audience similaire à 1 % en utilisant vos clients les plus rentable comme audience de base. Ces méthodes (ainsi qu’une combinaison infinie d’autres méthodes de ciblage spécifiques) peuvent vous aider à sauter quelques étapes entre le moment où un prospect se dit « hmm, ça a l’air bien » et celui où il saisit son numéro de carte de crédit pour acheter votre produit. En réduisant considérablement le nombre de personnes dans chaque public, vous pouvez adapter votre création aux caractéristiques et aux actions d’un groupe de prospects que vous avez créé, ce qui améliore vos chances de réussite. Bien entendu, vous réduisez également de manière significative votre capacité à atteindre de larges pans du public d’utilisateur de Facebook. C’est pourquoi il est important d’associer des audiences larges et spécifiques, en utilisant les premières pour canaliser les nouveaux prospects vers les secondes.

Le ciblage d’audience spécifique sur Facebook en action

Comme vous le savez déjà, il existe un nombre incalculable de façons de définir une audience dans Facebook. Le terme « spécifique » ne fait pas explicitement référence à l’utilisation d’audiences personnalisées ou « lookalike », mais plutôt à un ensemble bien défini d’utilisateurs de Facebook. Fondamentalement, tout ce qui permet de cibler l’audience au maximum peut-être défini comme un ciblage d’audience « spécifique ».

Les trois principaux moyens d’y parvenir sont :

  1. le ciblage par niveaux
  2. les audiences personnalisées
  3. les audiences similaires

1- Le ciblage par niveaux

Facebook vous permet de superposer une myriade d’options de ciblage pour créer de nouvelles audiences granulaires. L’avantage de cette méthode est évident : vous pouvez adapter et personnnaliser votre publicité aux caractéristiques des petites audiences qui se chevauchent afin de montrer à vos prospects comment votre produit ou service répond à un besoin spécifique. Par exemple, si vous vendez une assurance habitation, vous voudrez cibler les personnes qui ont récemment acheté une maison. Mais plus spécifiquement, vous pouvez utiliser l’audience par niveaux pour créer des variations de l’audience des nouveaux propriétaires en fonction de caractéristiques telles que le type de maison (appartement, maison de ville, maison avec jardin), la valeur du bien et la composition du ménage.
Publicité Facebook
Cette publicité du Crédit Agricole, par exemple, serait parfaite pour les personnes qui viennent d’acheter une maison, mais complètement inutile pour les habitants d’un appartement qui ne se reconnaitraientt pas dans l’image publicitaire. En divisant les acheteurs récents de maisons en segments à l’aide d’un ciblage par niveaux, vous pouvez diffuser des annonces complètement différentes au couple de jeunes de 20 ans qui achète un appartement d’une chambre à Paris, à la famille de cinq personnes du Sud-Ouest et à la récente divorcée qui possède un appartement en bord de mer à Cannes. Réaliser des créations spécifiques et personnalisés à vos personas, peut être un excellent moyen d’augmenter les conversions au milieu de votre entonnoir de vente.

2- Les audiences personnalisées

Les audiences personnalisées vous permettent de cibler les utilisateurs de Facebook en fonction de ce qui suit : • Votre fichier client (les adresses e-mail que vous téléchargez) • Le trafic de votre site web (à condition que le pixel Facebook soit présent sur votre site) • L’activité de l’application (faites comme si cela n’existait pas) • L’engagement (action explicite effectuée sur Facebook ou Instagram) Parmi les quatre sources possibles pour les audiences personnalisées, les plus précieuses sont, sans aucun doute, le fichier client et le trafic du site Web. Notez que les audiences personnalisées sont souvent les plus petites audiences que vous pouvez créer sur Facebook. Il est donc difficile pour Facebook de diffuser vos créations à moins qu’elles n’atteignent des niveaux d’engagement suprêmes, comme le reflètent les scores de pertinence de vos publicités Facebook.
La composante « client » des audiences des fichiers clients n’est pas indispensable : vous pouvez télécharger n’importe quelle liste d’adresses mail et atteindre les utilisateurs de Facebook dont les identifiants d’adresse mail correspondent. Utilisez ces audiences personnalisées pour faire de la vente incitative auprès de clients existants, proposer une démonstration de produit aux personnes qui ont téléchargé un contenu spécifique : les possibilités sont infinies. Idem pour les audiences personnalisées générées à partir du trafic de votre site web, utilisez Google Analytics pour déterminer les pages que les internautes ont tendance à visiter, assurez-vous que le pixel Facebook se trouve sur ces pages, créez une audience et diffusez des publicités qui développent le contenu que les prospects ont consulté.

3- Les audiences similaires

Les audiences similaires de Facebook sont la cerise sur le gâteau qu’est la publicité Facebook. Alors que les audiences personnalisées sont généralement limitées – puisque vous devez télécharger une liste ou fournir des utilisateurs sur la base d’actions effectuées sur le site de l’application – les audiences similaires sont simplement des utilisateurs agrégés dont les caractéristiques reflètent celles d’une audience source sélectionnée. Le degré de correspondance peut être modifié (1 % représentant un quasi-facsimilé et 10 % un cousin au second degré).
Création d'audience similaire
Création d’audience similaire aux acheteurs de votre site
L’audience « source » de vos sosies peut être n’importe quelle audience Facebook que vous avez déjà créée; Pour maximiser leur valeur, cependant, vous devriez utiliser des convertisseurs, basés sur le Pixel Facebook, ou des adresses e-mail de clients. Dans l’exemple ci-dessus, la source correspond aux acheteurs, identifiés par le pixel. Il ne sert à rien de créer un lookalike de personnes qui, après avoir vu une publicité en tant que membre de l’une de vos audiences plus larges, n’ont pas interagi avec elle, ou négativement.

En synthèse

• Les audiences similaires sont l’un des moyens les plus efficaces de tirer une valeur immédiate des publicités Facebook. • Les audiences par niveaux sont un excellent moyen de tirer profit de l’intelligence inhérente à Facebook sans dépenser beaucoup d’argent. • Enfin, les audiences personnalisées sont le moyen idéal d’activer des audiences de niveau intermédiaire et inférieur dans votre stratégie publicitaire sur Facebook.
Maintenant que vous connaissez les différences entre le ciblage large et le ciblage spécifique des audiences Facebook, voici trois conseils pour vous aider à les utiliser plus efficacement.
😇
Conseil n°1 : Atteignez (et agissez sur) la signification statistique dès que possible.
La signification statistique désigne le moment où vous avez accumulé suffisamment de données pour prendre une décision éclairée concernant les performances. Elle est essentielle pour les publics larges et spécifiques, mais pour des raisons très différentes. Avec des audiences élargies, vous devez déterminer et agir rapidement sur la signification statistique afin d’éviter de gaspiller des dépenses publicitaires sur des pans entiers d’utilisateurs Facebook intéressés de manière tangible. C’est là qu’Facebook Business Suite peut vraiment devenir un outil inestimable dans votre arsenal.
Lorsqu’il s’agit d’audiences plus spécifiques, celles qui sont susceptibles d’obtenir des conversions rapidement, adapter votre ciblage et votre création publicitaire en fonction des performances vous permettra de vous assurer que les petites audiences précieuses ne sont pas frustrées par vos efforts. C’est le meilleur moyen de déterminer si une audience fonctionne ou non et, par conséquent, de commencer le processus sans fin d’optimisation du taux de conversion Facebook. Il peut être tentant de diviser vos campagnes en dizaines d’ensembles de publicités sur la base de ces informations. Selon Facebook, il s’agit d’un grand NON : « Vous voulez segmenter votre campagne en plusieurs petits ensembles de publicités pour voir lequel est le plus performant et l’utiliser comme modèle pour les ensembles de publicités futurs. Cependant, avec autant de jeux d’annonces, il est peu probable que vous obteniez un nombre statistiquement significatif de résultats pour l’un d’entre eux de toute façon. » Trop large et vous êtes un bruit de fond. Trop étroit et la signification est inatteignable. Pour contrer cela, utilisez les données d’engagement des audiences larges et spécifiques pour informer votre création publicitaire. Si quelque chose ne fonctionne pas du tout, utilisez ces informations d’audience pour modifier votre ciblage et réengager vos prospects.
😇
Conseil n°2 : Basez les audiences similaires sur des sources à haute valeur ajoutée
Comme je l’ai dit plus haut, les sources telles que les commentaires sur les articles ou l’engagement sur la page d’entreprise de Facebook ne sont pas des bases viables pour vos audiences sœurs sur Facebook. Il n’y a aucun moyen de savoir si leurs caractéristiques représentent une valeur commerciale perceptible que vous aimeriez refléter. Mais ce n’est pas le seul problème. Les publics sosies ont tendance à être trop réduits. Utilisez les sources les plus précieuses dont vous disposez pour créer des audiences sosies. Exploitez le pixel Facebook et les données exclusives de votre CRM pour faire la distinction entre les personnes qui se disent « oh chouette, un lien [cliquez] eh » et celles qui ont déjà payé pour votre produit ou service. Si vous êtes un annonceur expérimenté et que vous disposez d’une grande quantité de données, vous pouvez aller encore plus loin dans cette attitude de discernement. Faites la distinction entre les clients et les grands clients (ceux qui dépensent le plus, etc.) et créez des audiences similaires pour les deux groupes. Le premier groupe peut fonctionner comme une large audience. Le second, un public spécifique. Dès qu’elles se peuplent, vous avez du gaz à revendre.
😇
Conseil n°3 : La qualité est plus importante que le volume (en particulier avec les audiences personnalisées)
Ceci est lié à notre dernier point, mais cela vaut la peine de le répéter : la qualité est supérieure à la quantité. Point final. Un moyen clé de déterminer la qualité (en dehors des conversions et des revenus) est de vérifier les scores de pertinence. Le score de pertinence est la mesure par Facebook de la qualité et du niveau d’engagement de vos publicités. Votre score de pertinence est important car il détermine à la fois votre coût par clic sur Facebook et la fréquence à laquelle Facebook affiche votre publicité. Bien qu’il puisse être difficile de maintenir un score de pertinence solide dans un ensemble d’annonces avec un ciblage large, ce n’est pas impossible : il suffit de comprendre votre public et de faire des tests perpétuels. Associée à une offre convaincante et à une création publicitaire attrayante, une audience de qualité de 100 personnes vaut mieux que 10 000 inconnus tous les jours de la semaine.
Pour finir
N’oubliez pas : présentez votre marque à un éventail de prospects en ciblant un large public, puis vendez-leur en ciblant un public spécifique. Les publicités Facebook ne sont pas faciles à comprendre, mais si vous comprenez la création d’une audience et si vous mettez en place une stratégie de ciblage cohérente, vous serez sur la bonne voie pour réussir dans le social payant. Et n’oubliez pas de configurer des listes de remarketing qui vous permetrons de diffuser des annonces auprès de vos audiences « chaudes » ou de réactivé vos clients 😉 Si vous avez besoin de plus de conseils et de déléguer vos campapgnes Facebook et campagnes Instagram, nos experts media sociaux vous accompagnerons dans vos développements.

15 façons de réduire son coût par clic dans les publicités Google et Facebook

En tant qu’Ecommerce et avec tous les changements survenus dans l’écosystème du marketing l’année dernière, vous avez certainement dû revoir vos priorités en termes de retour sur investissement publicitaire. Et bien que de nombreuses mesures aient un impact sur le ROI, faisons d’abord un point sur le coût par clic (CPC), qui un impact sur vos dépenses et vos campagnes Google Ads.

Comment réduire le coût par clic (CPC) des annonces Google Search

Google Search est le point de départ de tout annonceur numérique pour développer sa présence en ligne. Pourtant, le coût d’exploitation des annonces de recherche Google en déconcerte encore plus d’un. Quel est le CPC moyen des annonces Google Search en 2021 ? Au cours des quatre dernières années, le CPC moyen des annonces Google Search a varié entre 2,39 et 2,69 dollars aux États-Unis. Cette moyenne est légèrement plus élevée pour les secteurs juridique et gouvernemental. Les données de Wordstream indiquent un CPC moyen de 2,39 $, mais si vous excluez le secteur juridique de la liste, le CPC moyen est de 1,72 $.
Historique des CPC des annonces de recherche Google : • 2018 : 2,69 $ (entre 1,16 $ et 6,75 $) • 2019 : 2,41 $ (entre 1,30 $ et 6,35 $) • Avril 2020 : 2,76 $ (entre 0,82 $ et 10,96 $) • Juin 2020 : 2,39 $ (entre 0,21 $ et 15,82 $) Bien que les annonces de recherche existent depuis le plus longtemps dans le monde de la publicité numérique, les gens ont toujours l’impression de lutter pour diminuer leur CPC. Voici donc trois conseils pour réaliser des économies : 1. Choisissez vos mots-clés avec discernement, et ne vous contentez pas du mot-clé le moins cher ! La recherche de mots-clés est une évidence lorsqu’il s’agit de la recherche sur Google, mais il ne s’agit pas seulement d’écarter les mots-clés les plus chers en moyenne. Notre conseil : n’ignorez pas un mot-clé en raison de son prix, mais choisissez-le en fonction du volume et des types de requêtes de recherche que vous souhaitez attirer. Par exemple, si votre mot-clé le plus rentable est aussi le plus cher, vous ne pouvez pas vous en priver. Mais vous pouvez en revanche réduire votre liste de mots-clés pour économiser sur les autres dépenses pendant que vous enchérissez sur ce mot-clé à forte conversion. Ou bien, un mot-clé plus coûteux peut avoir un volume de recherche moyen plus élevé, ce qui peut se traduire par un plus grand nombre de clics sur votre site Web — augmentant ainsi votre CTR attendu. Cela améliore votre score de qualité, ce qui vous permettra d’obtenir plus de clics pour moins chers à long terme. En résumé, vous pouvez toujours choisir vos mots-clés en fonction de leur coût. Mais assurez-vous de prendre également en compte le volume et l’intention derrière ces mots-clés. Un bon mélange de mots-clés à faible coût et de mots-clés à forte rémunération vous permettra d’obtenir le CPC le plus bas possible sans sacrifier la qualité ou la quantité des conversions. 2. Améliorez vos annonces et vos pages de destination pour augmenter votre score de qualité N’oubliez pas que les enchères ne représentent que la moitié de la bataille lorsqu’il s’agit de payer pour un clic dans une enchère. Par exemple, un annonceur dont l’enchère est faible, mais le score de qualité élevé peut tout de même remporter l’enchère et être plus susceptible d’obtenir un clic à moindre coût (c’est un cas où le score de qualité est important). Google est prêt à faire ce compromis, car il souhaite gagner le plus d’argent possible avec les annonces de recherche payante sans sacrifier l’expérience de l’internaute. Google acceptera donc une offre qui se traduit par un clic moins cher si cela signifie que l’annonce sera plus utile pour l’internaute (en d’autres termes, un score de qualité plus élevé).
Outre le taux de clics attendu, le score de qualité de votre mot-clé tient également compte de la pertinence de l’annonce et de l’expérience de la page de destination. Essayez donc de consacrer du temps à l’actualisation régulière de vos annonces et à l’inclusion de nouveaux mots-clés pertinents. Vous pouvez également jeter un coup d’œil aux suggestions de Google à partir de la section d’édition des annonces de la plateforme pour voir où se situe la force de votre annonce actuelle et ce que vous pouvez améliorer. Pour ce qui est de vos pages de renvoi, assurez-vous que vos principaux mots-clés figurent sur la page, tout comme vous le feriez pour le texte de votre annonce. 3. Essayez le Réseau de partenaires de recherche Le réseau de partenaires de recherche de Google permet à vos annonces d’être diffusées sur tout autre site doté d’une fonction de recherche en ligne et appartenant à la famille Google. Historiquement, les clics provenant des partenaires de recherche étaient moins chers, car moins concurrentiels. Vous pouvez choisir d’y faire figurer votre campagne et mesurer les résultats par rapport à la SERP de Google quand vous le souhaitez, ce qui constitue un excellent moyen de tester les clics les moins chers

Comment réduire le coût par clic (CPC) des annonces Google Display ?

Les annonces Google Display se comportent différemment des annonces Google Search, ce qui rend l’estimation des coûts un peu plus confuse. Pour vous aider, voici les données les plus récentes concernant Google Display : Quel est le CPC moyen des annonces Google Display en 2021 ? Au cours des quatre dernières années, le CPC moyen des annonces Google Display a diminué. D’après Wordstream, il est passé de 0,66 $ à 0,41 $. Et si vous retirez les secteurs de l’Occasions et des Cadeaux, le coût par clic (CPC) encore plus bas et passa à 0,34 $.
Historique des CPC d’affichage : • 2017 : 0,67 $ • 2018 : 0,63 $ (allant de 1,16 à 6,75 $) • 2019 : 0,59 $ (allant de 0,60 à 0,81 $) • Avril 2020 : 0,41 $ (entre 0,28 $ et 1,01 $) La réduction des CPC pour les annonces Google Display n’est pas un objectif commun, car ils sont souvent de quelques centimes par clic. Malgré tout, vous devez considérer vos efforts publicitaires de manière globale afin de voir où vous pouvez économiser pour compenser les zones qui valent la peine d’investir davantage. Voici quelques idées pour réduire encore davantage vos CPC d’affichage afin de pouvoir consacrer ces dépenses à des mots-clés potentiellement plus chers et de plus grande valeur dans la recherche. 4. Exploitez les exclusions Étant donné que les publicités Display peuvent être affichées par défaut dans tout le réseau Display, il est important d’utiliser les exclusions pour éviter de dépenser pour des clics plus coûteux et non pertinents. Il y a les exclusions normales disponibles pour tous les types de campagnes que vous pouvez également appliquer à Display, comme les emplacements. En plus des éléments de base indispensables, comme les emplacements, voici quelques exclusions spécifiques à Display que vous voudrez également vérifier : • Sujets : Y a-t-il des types de pages dont le contenu est lié à des sujets qui ne conviendraient pas à votre publicité Display ? • Publics : Existe-t-il des publics supplémentaires que vous ne souhaitez pas cibler ? Par exemple, vos clients ou vos audiences de remarketing. • Placements : Voulez-vous afficher votre publicité sur tous les types de sites Web ou d’applications ?
Vous pouvez facilement mettre à jour et gérer les exclusions d’affichage avec les listes d’exclusion dynamiques de Google. 5. Réévaluez vos enchères Le montant que vous êtes prêt à payer par clic est en corrélation avec le montant que la plateforme est prête à accepter. Si la concurrence et d’autres facteurs vous aident à déterminer le montant de l’enchère pour vos groupes d’annonces Display (l’enchère manuelle n’est définie qu’au niveau du groupe d’annonces sur Display), vous pouvez également essayer de réduire votre enchère CPC maximale afin de n’attirer que les clics correspondant à votre budget. Cependant, si vous utilisez une stratégie d’enchères automatisée, vous ne pouvez pas toujours faire cet appel spécifique (sauf si vous ajustez l’objectif, le maximum ou la cible de la stratégie). Votre meilleure chance est de faire des tests A/B sur les stratégies d’enchères qui vous semblent les plus efficaces. 6. Testez votre ciblage d’audience grâce à l’A/B testing En plus de tester les différentes façons d’enchérir pour obtenir l’offre la plus basse possible, vous pouvez également appliquer plusieurs audiences à votre campagne Display et comparer celles qui obtiennent les CPC les plus bas. L’approche est similaire à celle utilisée pour sélectionner des mots-clés dans une campagne de recherche. L’audience, qui rapporte le plus, n’a pas forcément le CPC le plus bas. Cependant, il est préférable d’essayer plusieurs audiences pour voir laquelle vous rapporte le plus d’argent, ou pour avoir un équilibre sain entre une audience à forte rémunération et une audience à faible coût.

Comment réduire le coût par clic (CPC) des annonces Google Shopping ?

Les campagnes Google Shopping peuvent être délicates à appréhender, car leur infrastructure est différente de celle à laquelle vous êtes habitué pour la recherche ou l’affichage.
Quel est le CPC moyen des annonces Google Shopping en 2021 ? D’après les données les plus récentes de Wordstream, le CPC moyen des annonces Google Shopping est de 0,58 $, avec une fourchette allant de 0,17 $ à 1,55 $.
Historique des CPC de Google Shopping : • 2019 : 0,66 $ (allant de 0,34 à 1,09 $) • Avril 2020 : 0,66 $ (entre 0,29 $ et 1,07 $) • Juin 2020 : 0,58 $ (entre 0,17 et 1,55 $) Réduire le CPC des campagnes Google Shopping nécessite du temps et de la patience ! Voici quelques moyens de prendre une longueur d’avance dès maintenant pour obtenir des résultats de CPC plus bas sur le long terme : 7. Créez des listes de mots-clés négatifs incluant quelques concurrents Puisque vous ne pouvez pas choisir vos mots-clés dans les campagnes Google Shopping, une liste négative de mots-clés saine est au cœur de toute campagne Shopping efficace. Mais comment pouvez-vous optimiser cette liste pour le CPC ? Nous savons qu’une concurrence plus forte sur les SERP peut faire grimper les prix au CPC. Il peut alors être judicieux d’éliminer les noms de concurrents de grande marque qui, selon vous, ne correspondent pas aux produits de votre entreprise sur les SERP, en particulier si vous êtes une marque encore peu connue. De cette façon, vous êtes sur un pied d’égalité et vous ne payez pas pour des clics plus chers parce que vous apparaissez à côté de produits de grandes marques. 8. Essayez la structure « prioritaire » pour les enchères Il est recommandé de hiérarchiser la structure de votre campagne Shopping en fonction du type de trafic que les produits visent. Ainsi, vous serez en mesure de répartir vos enchères pour réaliser des économies sur votre CPC global. Par exemple, la concurrence pour les recherches génériques est plus élevée, et ce public se situe davantage en haut de votre entonnoir de conversion. Si vous ne voulez pas gaspiller vos enchères élevées sur des recherches qui ont une faible probabilité de conversion, mais essayer tout de même de capter ce public, il existe une solution : la structure de campagne d’enchères prioritaire. Elle fait prendre des risques sur le CPC, mais aide à faire évoluer vos campagnes.
9. Optimisez les attributs de votre flux de produits Google associe vos produits à des recherches basées sur votre flux de produits. Si vos attributs sont inadaptés, vous avez plus de chances de gaspiller votre CPC sur des clics non pertinents. Si vous avez l’impression que votre CPC est élevé, prenez du recul et examinez votre flux de produits. Tous les attributs sont-ils exacts pour chaque produit ? Pouvez-vous modifier les attributs de vos produits pour mieux correspondre à l’intention de votre chercheur idéal ? En répondant à ces questions et en optimisant manuellement votre flux de produit Google Shopping, vous aiderez Google à faire correspondre vos annonces de produits aux meilleures recherches possibles afin de maximiser la valeur de chaque clic que vous obtenez.

Comment réduire le coût par clic (CPC) des annonces Facebook ?

Les annonces Facebook sont totalement différentes de celles de Google, car elles ne peuvent pas s’afficher dans le cadre d’unechercheur. Vous devez donc les optimiser non seulement pour qu’elles puissent s’afficher lorsque quelqu’un parcourt les applications Facebook (y compris Facebook, Messenger et Whatsapp), mais aussi pour obtenir le clic le moins cher possible. Quel est le CPC moyen des publicités Facebook en 2021 ? Pour tous les objectifs de campagne confondu, le CPC moyen des publicités Facebook est de 0,97 $, avec une fourchette allant de 0,25$ (ventes par catalogue) à 3,30$ (notoriété de la marque).
Bien que ce ne soit pas aussi simple que de choisir le mot-clé le moins cher, la plateforme publicitaire de Facebook permet d’apporter des modifications intéressantes pour réduire le CPC : 10. Faites des tests A/B sur votre texte publicitaire L’une des façons les plus simples d’optimiser les clics sur Facebook est d’essayer de modifier le texte de votre publicité Facebook. Vous seriez surpris de constater que deux annonces différentes au sein d’un même ensemble d’annonces peuvent générer des CPC moyens complètement différents. Cela est dû au fait que l’apprentissage automatique de Facebook classe votre publicité avant de décider quand, où et à quelle fréquence la diffuser. Si Facebook détermine que le texte et les images de votre publicité ne susciteront pas d’actions, vous paierez plus cher pour le clic de cette publicité. Pour effectuer un test A/B sur vos publicités Facebook, essayez d’intervertir les images, les boutons CTA ou le texte pour améliorer le CPC de votre publicité Facebook. 11. Choisissez judicieusement l’objectif de votre campagne Choisir le mauvais objectif peut être une erreur coûteuse en matière de publicité Facebook. En effet, l’objectif de votre campagne Facebook détermine comment votre publicité sera diffusée. À l’instar des stratégies d’enchères automatisées de Google, certains objectifs peuvent entraîner un CPC plus élevé, car ils donnent la priorité à d’autres actions. Par exemple, un objectif de campagne optimisé pour les conversions peut s’afficher à des moments où le CPC est plus élevé parce que vous êtes plus susceptible de convertir. Le mieux est d’essayer un objectif de campagne qui correspond le mieux à votre objectif final, et si vous n’êtes pas sûr, divisez vos campagnes pour tester deux objectifs simultanément !
12. Essayez la programmation des publicités La programmation des publicités est une fonction qui permet de réaliser des économies et que vous pouvez appliquer aux ensembles de publicités de vos campagnes Facebook. Bien que cette fonction ne soit disponible que si vous avez défini un budget à vie, vous pouvez utiliser la programmation des publicités comme un moyen de contrôler globalement vos coûts Facebook et même votre CPC, car c’est vous qui décidez du moment où vos publicités sont diffusées. Ainsi, si vous remarquez que vous avez attiré des clics non pertinents qui font grimper votre CPC, mais qui ne convertissent pas, vous pouvez réfléchir aux moments où votre public appréciera le plus votre publicité. Si vous êtes propriétaire d’un bar et que vos publicités Facebook sont diffusées à l’heure du petit-déjeuner ou en dehors des heures d’ouverture, vous risquez de faire grimper votre CPC sur des clics gaspillés !

Comment réduire le coût par clic (CPC) des publicités Instagram ?

Sous l’égide de la plateforme Facebook, les publicités Instagram vivent au sein d’un autre média social qui peut être délicat à démêler lorsqu’il s’agit d’en découdre avec votre CPC. Quel est le CPC moyen des publicités Instagram en 2021 ? Le CPC moyen d’Instagram est de 1,23 $ pour tous les objectifs de campagne, avec une fourchette de 0,20 $ (trafic)-7,00 $ (génération de prospects).
Le CPC actuel de votre publicité Instagram n’est pas une fin en soi, ne l’oubliez pas ! Mais vous pouvez tout de même travailler pour obtenir un CPC plus faible grâce aux optimisations suivantes : 13. Personnalisez les placements Si vous diffusez des publicités uniquement sur Instagram à partir de la plateforme de Facebook, alors vous savez déjà que vous pouvez personnaliser vos placements. Cependant, même au sein des placements Instagram, il existe de multiples façons d’afficher : sur les stories, les fils d’actualité, et plus encore. Veillez à sélectionner les placements Instagram qui correspondent le mieux à votre type de publicité. 14. Soyez sélectif dans votre ciblage Avec une plateforme aussi saturée, il est vital d’être sélectif quant aux personnes auprès desquelles votre publicité s’affiche. Pour vous épargner un CPC élevé sur Instagram, ne ratissez pas large. Avec autant d’options d’audience parmi lesquelles choisir, n’ayez pas peur d’être sélectif en fonction de l’âge, de l’emplacement et des intérêts lorsque vous configurez votre ensemble d’annonces.
15. Concentrez-vous sur l’engagement Après avoir configuré votre ensemble d’annonces pour un ciblage et des placements spécifiques, concentrez-vous sur le contenu des annonces qui suscitera l’engagement. Lorsque vos annonces suscitent des actions telles que des commentaires, des likes et des partages, l’algorithme d’Instagram vous classera plus haut. Vos annonces seront également plus susceptibles de générer des conversions et de la croissance, car elles capteront l’attention de votre public. Pour commencer, essayez une publicité vidéo Instagram pour inciter votre public à participer dans les commentaires.

En conclusion

Pour réduire votre CPC dans les annonces de recherche Google :
• Choisissez judicieusement vos mots-clés (et pas seulement en fonction de leur coût) • Améliorez vos annonces et vos pages de destination pour obtenir le meilleur Quality Score • Essayez le réseau de partenaires de recherche Pour réduire votre CPC dans les annonces Google Display : • Tirez parti des exclusions • Réévaluez vos enchères • Testez votre ciblage d’audience en A/B test Pour réduire votre CPC dans les annonces Google Shopping : • Créez des listes négatives de mots-clés qui incluent des concurrents • Essayez la structure d’enchères « prioritaires ». • Optimisez les attributs du flux de produits Pour réduire votre CPC dans les annonces Facebook : • Faites des tests A/B sur votre texte d’annonce. • Choisissez judicieusement les objectifs de votre campagne • Essayez la programmation des annonces Pour réduire le CPC des publicités Instagram : • Personnalisez les placements • Soyez sélectif dans le ciblage • Concentrez-vous sur l’engagement Vous souhaitez être accompagné dans l’optimisation de vos campagnes Google, Facebook ou Instagram ? Contactez-nous, nos équipes expertes de la publicité en ligne se feront un plaisir de vous éclairer sur un sujet précis ou vous accompagner sur le long terme.

CTR moyen sur Google : faire x3 sur son taux de clic, c’est possible !

Quel est le taux de clics moyen d’une annonce Google Ads (CTR)? Lorsque les gens posent cette question, c’est souvent parce qu’ils veulent évaluer le taux de clics de leurs propres annonces. CTR = Clic through rate => taux de clics Malheureusement, trop d’annonceurs se contentent d’atteindre un taux de clics moyen et d’en rester là. Voici donc un article qui vous aidera à maximiser votre taux de clics pour multiplier par trois vos performances sur le CTR Google moyen.

Qu’est qu’un bon taux de clics (CTR) sur Google

Cela dépend évidemment beaucoup de votre secteur d’activité, de la concurrence et de vos objectifs. Cependant, sachez que les spécialistes du marketing qui se contentent de 2 à 5 % de CTR ne sont pas à la hauteur. Nous ne pouvons pas voir les données de nos concurrents, donc nous ne savons pas si leurs CTR sont similaires aux nôtres. Ce que nous savons en revanche, c’est que le fait que nos CTR soient « bons » ou non dépend largement de la position de notre annonce. Les annonces qui occupent une position élevée ont naturellement des CTR plus élevés que celles qui sont moins bien placées.
Le graphique ci-dessus reflète les CTR moyens par position publicitaire sur Google, sur la base d’une analyse de près de 100 000 comptes d’annonceurs représentant 3 milliards de dollars de dépenses annualisées. Ceci donne une assez bonne idée de la situation globale lorsqu’il s’agit des CTR que les vrais annonceurs connaissent réellement. Ainsi, l’annonce en deuxième position a un taux de clics moyen de 4 %. On pourrait penser que c’est bien, mais c’est juste une moyenne. Donc si c’est ce que vous voyez dans votre compte, vous avez beaucoup de marge de progression. Les moyennes sont très bien, mais il existe pourtant une grande variabilité entre les annonceurs, comme vous pouvez le voir dans le graphique ci-dessous. Rappelez-vous, il ne s’agit pas de mots-clés — chaque point bleu indique un compte d’annonceur.
Dans ce graphique, vous pouvez voir la courbe du CTR attendu ou moyen en orange, les courbes verte et violette, montrent quant à elles ce que vous devez viser si vous voulez obtenir des CTR deux à trois fois supérieurs à la moyenne. Ces données nous montrent qu’il y a effectivement quelques comptes qui se démarquent et qui dépassent de loin leurs concurrents. Que faut-il pour faire partie de ces annonceurs exceptionnels ? Les 50 % d’annonceurs les moins performants obtiennent des CTR moyens ou inférieurs. Si vous voulez faire partie des 15 % les plus performants dans le paysage très concurrentiel de Google Ads, vous devez obtenir un CTR moyen sur votre compte deux fois supérieur à la moyenne (nous appelons ces annonceurs « géniaux »). Si vous obtenez un CTR trois fois supérieur à la moyenne, vous devenez un annonceur super génial, ce qui est le cas d’environ 1 annonceur sur 20. Vous pouvez vérifier rapidement si votre propre CTR est supérieur ou inférieur à la moyenne de votre secteur. Mais pourquoi ne pas viser les étoiles ? Si vous voulez faire partie des 1 % les plus performants, vous devez obtenir un CTR moyen six fois supérieur à la norme — nous appelons ces annonceurs les « Licornes ». Elles sont rares, mais je vous promets que les licornes de Google Ads existent. Elles ne sont pas intrinsèquement meilleures que vous ; elles travaillent simplement plus dur et optimisent mieux leurs campagnes.
Alors comment font ces licornes ? Tout d’abord, nous devons comprendre…

L’importance du quality score et le fonctionnement de Google Ads

Il est essentiel de comprendre le fonctionnement des enchères AdWords si vous souhaitez optimiser et améliorer vos performances. Les annonces Google sont des enchères en direct. Google doit déterminer la position de classement de chaque annonce, ainsi que le coût de chaque clic, en temps réel pour chaque annonce de l’enchère. Google utilise le classement des annonces pour déterminer votre position dans l’enchère et votre CPC. Ce dernier est calculé en multipliant l’enchère maximale de coût par clic (le maximum que vous êtes prêt à payer pour un clic) par votre Quality Score (l’évaluation par Google de la qualité de vos annonces). Remarque : Google a récemment mis à jour Ad Rank pour inclure les performances attendues des extensions d’annonces, mais le principe de base reste le même.
Dans cet exemple, vous pouvez voir exactement à quel point le Quality Score peut affecter vos performances dans cette enchère en direct. L’annonceur principal, qui a obtenu la première position, avait une enchère maximale inférieure de 2 $ à celle de son concurrent, mais son Quality Score et donc son classement sont bien plus élevés, ce qui lui permet d’obtenir une meilleure position et un CPC inférieur :
Google agit ainsi parce qu’il n’est pas payé si personne ne clique sur ses annonces, et privilégie donc les annonces les plus susceptibles de réussir.
Le Quality Score moyen est d’environ 5,1 sur 10.
Si vous avez un Quality Score supérieur à la moyenne, vous pouvez obtenir jusqu’à 50 % de réduction sur votre coût par clic. À l’inverse, si vous avez un Quality Score inférieur à la moyenne, vous pouvez payer jusqu’à 400 % de plus. Le CPC n’est cependant qu’une mesure parmi d’autres. Qu’en est-il du coût réel par conversion ? Ici, nous avons également constaté une relation inverse, sur des milliards de dollars de dépenses publicitaires, selon laquelle plus votre Quality Score augmente, plus votre coût par conversion diminue, car vos clics sont beaucoup moins chers.
Comment le Quality Score est-il calculé ? En général, plus votre CTR est élevé, plus votre Quality Score est élevé. Cependant, comme vous pouvez le voir dans le graphique ci-dessous, il y a beaucoup de variances, grâce au positionnement des annonces. Comme nous l’avons vu précédemment, les publicités situées en haut de la page sont prédisposées à obtenir plus de clics que celles qui sont situées plus bas.
La ligne bleue en bas, par exemple, concerne les mots-clés en position 1.0 à 1,5. Le Quality Score n’est pas calculé uniquement en fonction de votre CTR, mais en fonction de vos sur- ou sous-performances par rapport au CTR attendu. Dans le graphique suivant, vous pouvez clairement voir à quel point vos CTR sont importants pour le calcul de votre Quality Score.
Tout est relatif. Votre Quality Score, qui est la clé pour obtenir des emplacements publicitaires bien en vue, des CPC et CPA bas, n’est pas entièrement basé sur votre CTR. Il faut plutôt que vos annonces et vos mots-clés soient supérieurs à la moyenne attendue. C’est la clé d’un Quality Score élevé. Qu’en est-il de ces licornes ? Nous avons vu jusqu’à présent qu’un CTR supérieur à la moyenne vous aidera à atteindre vos objectifs, mais pour être meilleur, il faut plus. Lorsque nous voyons des comptes « licornes » dans l’outil AdWords Performance Grader, ils présentent des caractéristiques communes : • Chaque mot-clé de leur compte a un Quality Score élevé. • Ils utilisent efficacement les mots-clés négatifs pour réduire les dépenses inutiles. • Leur part d’impression élevée montre que Google adore diffuser leurs annonces. • Ils ont des CTR à deux chiffres, très élevés et impressionnants, qui dépassent de plusieurs fois la moyenne. • Ils ciblent des expressions de mots-clés très spécifiques et à longue portée. • L’activité de leur compte est élevée — ils continuent à optimiser et à améliorer en permanence. Si vous pouvez vous concentrer sur les combinaisons d’annonces et de mots-clés qui ont ces CTR supérieurs à la moyenne, les récompenses sont énormes : des parts d’impression plus élevées, des positions d’annonces plus importantes, des coûts par clic et des conversions plus faibles.

La chasse aux licornes

Vous savez maintenant à quoi ressemblent les licornes de Google Ads et vous devriez avoir une bonne idée de la raison pour laquelle elles sont si désirables. Examinons chacune de ces caractéristiques pour que vous puissiez reproduire ce succès sur votre propre compte. Stratégie de mots-clés de la licorne Le Top 1 % de tous les comptes Google Ads a tendance à se concentrer sur des mots-clés à forte intention commerciale. Ce n’est pas surprenant, car les gens ont tendance à cliquer davantage lorsqu’ils sont déjà motivés et ont l’intention d’acheter. Par exemple, « meilleur logiciel de marketing Internet » ou « lave-vaisselle en acier inoxydable » sont des expressions de mots-clés qui démontrent une intention d’achat. Les mots-clés de marque sont une autre opportunité fantastique pour les annonceurs, mais nous ne parlons pas seulement de votre propre marque. Ciblez les marques partenaires, les marques concurrentes ou d’autres marques que votre marché cible pourrait rechercher lorsqu’il est en mode achat. Un troisième type de mot-clé qui donne de bons résultats est celui des mots-clés locaux, où l’intention de l’internaute est de trouver votre entreprise — ou celle de votre concurrent (par exemple, « entraîneur personnel de San Diego »). Ces mots ont tendance à obtenir des taux de clics élevés, car les chercheurs locaux ont souvent une forte intention commerciale. Évitez autant que possible les mots-clés informatifs. Ceux-ci sont souvent formulés sous forme de questions, par exemple « Qu’est-ce qu’un lave-vaisselle ? » ou « Où se trouve Paris ? ». Ces chercheurs ont tendance à rechercher des informations de type Wikipédia et ne manifestent pas d’intention d’achat, ce qui peut se traduire par un CTR plus faible ou des dépenses inutiles. Mise en garde concernant l’insertion dynamique de mots-clés Si vous voulez atteindre le statut de licorne, n’abusez pas de l’insertion dynamique de mots-clés, ou DKI (Dynamic Keyword Insertion). Il s’agit d’une stratégie qui consiste à utiliser une certaine syntaxe dans vos annonces pour permettre à Google de substituer automatiquement le mot-clé qui a déclenché l’annonce dans le texte ou le titre de l’annonce. L’insertion dynamique de mots-clés est bénéfique, mais seulement jusqu’à un certain point, comme illustré ci-dessous :
Ici, nous avons deux courbes : la courbe rouge correspond aux annonces avec DKI et la bleue à celles sans DKI. La courbe rouge montre que les annonces avec DKI sont relativement plus abondantes dans les 15 % supérieurs. Cependant, lorsque vous passez dans les 5 % supérieurs des annonces, jusqu’aux annonces de type licorne, vous remarquerez que la courbe rouge descend en dessous de la courbe bleue. Les annonces d’insertion dynamique de mots-clés semblent se heurter à un mur. Cela nous indique qu’elles devraient certainement faire partie de votre boîte à outils, car elles ont tendance à produire des rendements initiaux légèrement plus élevés, mais il ne faut pas trop s’y fier. Extensions d’annonces — est-ce la solution miracle ? Google semble sortir de nouvelles extensions d’annonces presque chaque semaine, mais quel est l’impact de l’utilisation des extensions d’annonces sur le Quality Score des annonces et cela vous aidera-t-il à devenir une licorne ?
Ce graphique montre cet impact et il ne change pas la donne. Nous pouvons voir que les comptes qui utilisent des sitelinks sur leurs annonces ont fait légèrement mieux que ceux qui ne l’ont pas fait, ce qui n’est pas une surprise. Les extensions permettent d’augmenter le CTR, mais cela ne va pas remédier aux textes ennuyeux. Il s’agit d’une augmentation modeste, mais elle ne doublera ni ne triplera vos taux de CTR. La plupart des publicités sont nulles. Créez des publicités émotionnelles.

Conseil supplémentaire : Optimisation des annonces mobiles

Nos recherches ont montré que les appels provenant des publicités mobiles se convertissent 3 fois plus que les clics vers un site Web. Lorsque vous testez des publicités mobiles, vous devez baser vos conclusions sur le taux d’appel, et non sur le CTR ou les taux de conversion.
Je le répète : mettez le paquet sur les taux d’appel et faites tout votre possible pour inciter les gens à cliquer sur le bouton « cliquer pour appeler ».

Que retenir sur l’optimisation du CTR ?

Supprimer le tiers inférieur de votre compte pourrait être une bonne idée : vos mots-clés à faible CTR, à faible part d’impression et à performances médiocres. L’idée ici est de maximiser le budget que vous consacrez actuellement aux annonces inutiles. Comme vous le voyez ici, le coût du clic moyen peut être sensiblement inférieur dans un certain nombre de secteurs du Réseau Display de Google par rapport à celui de Google Search. De même, les taux de conversion pour les annonces sur le réseau d’affichage sont comparables à ceux des annonces de recherche, surtout lorsque vous utilisez le remarketing. Dans certains secteurs, comme l’automobile et les voyages, le taux de conversion du réseau d’affichage peut être encore plus élevé.
De nombreuses pages de résultats de recherche ressemblent à cela, avec des annonces ennuyeuses qui se ressemblent toutes. C’est exactement la raison pour laquelle la position peut faire une telle différence, car le seul facteur de différenciation est l’endroit où une annonce apparaît sur la page. Cela constitue une énorme opportunité pour vous. Lorsque vous voyez un tas d’annonces ennuyeuses, sèches et similaires apparaître pour une requête, vous avez une chance de vous démarquer et d’être différent. J’aime appeler cela le « jackpot des annonces Google ». L’alternative est de trouver quelque chose qui sorte du lot, qui utilise des déclencheurs émotionnels. Créer des publicités à forte charge émotionnelle grâce au brainstorming du couteau suisse. Perry Marshall, spécialiste respecté du marketing, a conçu une méthode structurée de brainstorming pour créer un texte publicitaire convaincant, appelée « couteau suisse ». Vous prenez différentes entités telles que votre client, quelque chose que votre client aime, quelque chose qu’il déteste, son meilleur ami, son ennemi, etc. Vous déterminez ensuite comment votre marque est connectée ou liée à chaque entité et vous construisez à partir de là. Il s’agit d’un processus de brainstorming simple et structuré qui peut vous aider à générer un texte publicitaire plus convaincant et plus émotionnel à tester, en mélangeant ces concepts, comme ceci :
C’est l’exemple parfait d’une annonce de licorne, avec un taux de clics de plus de 30 %, qui se démarque de toutes les annonces ennuyeuses d’avocats spécialisés dans le divorce. Le texte de votre annonce doit résonner à un niveau émotionnel et il doit être différent pour se démarquer. Vous devez tester les éléments importants de votre message publicitaire, c’est-à-dire des éléments comme votre garantie, votre proposition de vente unique et votre offre. Comprendre l’abondance relative Les licornes ne seraient pas si spéciales si elles étaient abondantes. En fait, seule une publicité sur 100 est une licorne. Les chances de la trouver du premier coup sont minces, voire nulles ; en moyenne, il faut essayer 100 annonces différentes pour trouver sa licorne. Plus vous créez et testez de publicités, plus vous avez de chances de tomber sur celle qui surpasse la moyenne de 2, 3 ou même 6 fois ! Vous ne testez pas autant d’annonces que vous le pensez. Vous vous dites peut-être « J’ai déjà des MILLIERS d’annonces sur mon compte ! La dernière chose que je veux faire est d’écrire plus d’annonces ! » C’est peut-être vrai, mais je peux presque garantir que vous ne testez pas autant d’annonces que vous le pensez. Il est certain qu’elles n’ont pas toutes été créées en utilisant la vision et le processus décrit ci-dessus. Laissez-moi vous dire un secret : la barre, surtout pour les PME, est incroyablement basse. Le compte Google Ads moyen d’une PME ne compte que 18 annonces. Vous ne pourrez peut-être pas atteindre 100 annonces ce mois-ci ou même cette année, mais si vous y travaillez et en testez ne serait-ce que 40 ou 50, vous faites déjà beaucoup mieux que la majorité de vos concurrents.
5 % des annonces représentent 85 % des impressions
Voici d’autres bonnes nouvelles : vous pouvez vous débarrasser de vos publicités peu performantes, et elles sont nombreuses. Sur l’ensemble des comptes, nous avons constaté que les 5 % de publicités les plus performantes d’un compte d’annonceur représentent 85 % de leurs impressions. Il n’est pas nécessaire de tester 100 annonces pour chaque groupe d’annonces de votre compte. Choisissez plutôt vos deux ou trois principaux groupes d’annonces et concentrez-y vos efforts. Testez-les à fond, en atteignant idéalement 100 publicités à tester dans chacun de ces groupes les plus performants.
Vous pouvez bien sûr commencer par un audit de vos campagnes Google Ads par nos soins. Il s’agit d’une première étape essentielle pour déterminer la santé de votre compte Google Ads et identifier les opportunités d’optimisation. Vous voulez en savoir plus ? Contactez nous – Adenlab, votre Agence Google Ads

7 moyens efficaces afin d’optimiser l’entonnoir de conversion de votre boutique en ligne

Élaborer un entonnoir de conversion efficace pour votre site internet consiste à l’optimiser de plusieurs manières afin d’améliorer vos conversions et vos profits. Ceci comprend un ensemble de bonnes pratiques portant sur la conception de votre site internet et pas seulement sur tel ou tel aspect puisqu’il s’agit, pour vous, d’offrir un package complet à vos utilisateurs. L’entonnoir de conversion se compose d’une succession de petites étapes. Chacune  de ces étapes vous permettra d’améliorer vos chances d’augmenter vos ventes sur votre site. Nous allons examiner dans cet article qu’est ce qu’un entonnoir de conversion, les parties le composant et les 7 meilleures façons d’optimiser l’entonnoir de conversion pour augmenter les ventes.

Qu’est ce que l’entonnoir de conversion

Plus facile à dire qu’à faire. Il ne suffit pas d’offrir de bons services et de bons produits pour être sur la bonne voie et faire de bonnes ventes. Souvent c’est un peu plus compliqué car les clients peuvent être imprévisibles. Élaborer et améliorer son entonnoir de conversion est un bon moyen pour améliorer ses ventes. De quoi parle-t-on au juste? Il s’agit du chemin que votre client ou votre utilisateur doit suivre avant d’arriver au panier et de finaliser son achat. Dans cette démarche, il y a 4 étapes et , comme on peut s’y attendre, à chaque étape, on observe des pertes. Optimiser son entonnoir de conversion, c’est donc réduire le plus possible les pertes constatées à chaque étape.
Ces 4 étapes sont:
  1. la Page de Destination (Intérêt-Visite)
  2. la Page-Produit (Examen-Découverte)
  3. la Page-Achat (Décision d’achat-Récapitulatif)
  4. l’Achat (Fidélisation du client-Règlement)
Pour tirer le meilleur parti de cet entonnoir, chacune de ces étapes doit être optimisée d’une certaine manière. Dans cet article, nous allons examiner les meilleures pratiques d’optimisation du taux de conversion. Que signifient ces étapes ? Pour commencer, tous les clients qui visitent votre site, sous une forme ou une autre, commencent par la page de destination. Il s’agit de l’étape la plus importante de l’entonnoir, et celle où le taux de chute est le plus élevé. C’est à cette étape que vos clients prendront conscience de vos produits et services, et que vous devrez les y accrocher. Vous devrez fournir un contenu intéressant, comme des articles de blog gratuits, des articles, des guides, et même des guides vidéos et des démonstrations pour susciter leurs intérêts. L’étape suivante de l’entonnoir, à laquelle n’accèdent généralement que 40 à 50 % des visiteurs de la page de renvoi, est celle des pages de produits. À cette étape, les utilisateurs seront curieux de découvrir vos produits, car vous les avez accrochés avec une page de destination intéressante. C’est une étape cruciale, et c’est là que vous devez fournir des pages de produits saines et intéressantes. Parlez de vos produits et donnez-leur une certaine valeur, mais n’oubliez pas d’inclure les détails spécifiques qui intéresseront certains clients. Une fois que les clients ont décidé que votre page produit était suffisamment attrayante pour acheter le produit, ils entrent dans la phase du panier de l’entonnoir. Il s’agit d’une étape cruciale sur le chemin de l’achat, et les paniers mal conçus sont souvent la raison pour laquelle les gens abandonnent leurs achats. Ils peuvent ajouter des produits au panier, mais ne terminent jamais l’achat. Il existe quelques bonnes pratiques qui peuvent réduire le nombre d’abandons de vos paniers. La dernière étape est l’achat, lorsque les utilisateurs décident d’acheter quelque chose il est important de disposer d’un bon système de paiement. Examinons maintenant quelques-unes des meilleures façons d’améliorer votre entonnoir en général.

Optimisez vos ventes et votre entonnoir e-commerce par 7 moyens efficace

A woman who enters her bank details while shopping online.
Photo by Pickawood / Unsplash

1 – Attirer les clients via les réseaux sociaux (Susciter l’intérêt)

La première étape de l’entonnoir relève du marketing avec le fait de guider les internautes vers votre page de destination. Le marketing des réseaux sociaux, autrement dit: le fait d’être actif sur différentes plateformes de médias sociaux, présente plusieurs avantages. Environ 90 % des professionnels du marketing estiment que les réseaux sociaux offrent une large exposition à leurs activités commerciales. En effet, en étant actif sur plusieurs plateformes vous allez pouvoir :
  • accroître la notoriété de votre marque
  • générer un trafic plus important vers votre site
  • augmenter la fidélisation
  • améliorer vos classements dans les moteurs de recherche
  • booster votre taux de conversion
Facebook est un réseau social connu de presque tout le monde et qui a de nombreux utilisateurs. Pour cette raison, il est important de développer une tactique performante pour attirer les utilisateurs de Facebook vers votre site. De 2018 à 2019, l’utilisation de Facebook par les professionnels de marketing aux Etats-Unis est passée de 86,3 à 86,8 % et pourrait atteindre 87,1 % en 2020. Les annonces sur Facebook sont super, mais cela ne suffit pas. Il convient de concevoir des annonces puissantes pour promouvoir efficacement vos produits et créer une Page de Destination qui va donner à vos visiteurs l’envie de s’enfoncer encore plus dans l’entonnoir de conversion.

2 – Proposez un contenu gratuit et attrayant sur votre page d’atterrissage (Phase d’intérêt)

La finalité de votre Page de Destination est d’attirer des internautes et de leurs donner envie d’acheter vos produits, ou tout au moins de capter leur intérêt. Les gens choisissent les pages et les produits qui présentent de la valeur à leurs yeux et à ce stade, c’est juste ce qu’il faut faire. Il peut s’agir de petits articles de blog sur vos produits et services ou où alors divers articles promotionnels.

3 – Utilisez des preuves produits sur ta page produit (Phase de réflexion)

Lorsque vous présentez vos produits sur votre site, il est important d’afficher une sorte de preuve, de confirmation que vos produits valent le temps, l’argent et peut-être les efforts des clients. Le meilleur moyen d’y parvenir est d’afficher une preuve sociale (avis de clients, messages ou commentaires utiles) sur la page du produit. De cette façon, vos produits paraîtront plus intéressants. Selon un rapport de Minter, 70 % des Américains recherchent des avis sur des sites d’évaluation avant de faire des achats. Bonne nouvelle, BrightLocal a constaté que 88 % des consommateurs font autant confiance aux avis en ligne qu’aux recommandations personnelles.

4 – Optimiser vos Pages-Produit (Phase d’examen/ découverte)

L’étape suivante est cruciale et indispensable (si vous ne vous y êtes pas déjà intéressé): optimiser les Pages-Produit. Cela implique de donner aux clients toutes les informations dont ils ont besoin. Les descriptions de produits ne doivent pas être ennuyeuses, par exemple, décrivez ce qu’ils ressentiraient, mais assurez-vous qu’elles comprennent également des informations techniques. Ajoutez également sur votre site des boutons d’appel à l’action pratique qui permettraient aux clients d’acheter rapidement et de fournir toutes les informations nécessaires: expédition, coûts et frais… Vous pouvez trouver de grandes inspirations pour vos CTA, mais veillez à ce qu’ils soient amusants, uniques et irrésistibles. Un élément à ne pas négliger quand il s’agit d’optimiser une Page-Produit, c’est l’analyse du Web, et tout particulièrement les outils d’analyse qualitative comme les cartes de fréquentation et l’examen des parcours sur votre site . Ils vont vous aider à répondre à toutes les questions commençant par « Pourquoi … ? » lors du processus d’optimisation.

5 – Utiliser des logiciels de suivi des intentions de sortie (Etape panier)

Trop de paniers sont abandonnés en cours de route. Heureusement, il y a beaucoup de choses à faire pour en diminuer le nombre. Une des meilleures choses à faire est de créer un message pop-up lorsque le client est sur le point d’abandonner. Vous pouvez le faire grâce à des surveillants d’intentions de sortie qui peuvent s’avérer très efficaces en la matière. Vous pouvez combinez ces suivis pour un résultat encore plus efficace. Par exemple, Pixojet utilise un pop-up en lien avec un suivi d’intention et un suivi du temps passé.

6 – Optimisez votre check out (Etape panier)

Une des parties les plus importantes de votre entonnoir de conversion est votre Checkout System. 7 visiteurs sur 10 renoncent à l’achat à ce moment. C’est un chiffre énorme. Mais il y a plusieurs idées- clefs qui restent d’actualité pour le réduire:
  1. Une étude a montré qu’environ 30 % des acheteurs abandonnaient à ce stade quand on leur demandait de signer. A la place, proposez plutôt une validation de commande ou créez automatiquement un compte d’utilisateur.
  2. Envisagez des prix produits incluant les frais d’envoi. Sachez, par exemple, que NuFace, un distributeur de produits de beauté en ligne, a vu ses commandes augmenter de 90 % en ajoutant une simple bannière « envoi sans frais pour toute commande supérieure à 75 $ ».
Adaptez votre site à tous les types de supports. En pratique, cela concerne les boutons à tapoter (ergonomie) , la rapidité de chargement (réduisez le nombre d’images), la facilité de navigation (alignez / organisez les formes verticalement).

7 – Proposez un programme de fidélisation et faites-en la promotion (Etape Fidélisation)

La dernière étape est celle qui ne se termine jamais : la fidélisation de vos clients. C’est une démarche continue qui vise à créer des relations de longue durée. Sur ce plan, vous pouvez proposer un programme avec des remises et des offres spéciales à ceux qui achètent plus d’une fois chez vous. Il faut que vous fassiez la promotion de ce programme de sorte que les clients soient conscients de ce qu’ils gagnent en vous restant fidèles. Dans un rapport, 84 % des consommateurs disent qu’ils préfèrent une marque qui leur propose un programme de fidélisation et 66 % ajoutent que le fait de pouvoir gagner des récompenses modifie leur comportement d’achat.

Conclusion

Améliorer votre entonnoir de conversion est la priorité dans votre activité commerciale. Si vous le faites ainsi et si vous rentrez dans ce processus d’amélioration constante, les résultats ne devraient pas se faire attendre.

Google Shopping : optimisez vos campagnes shopping de fin d’année



Il est temps de préparer noël ! Saviez-vous que 8 consommateurs sur 10 dans le monde utilisent Google pour s’inspirer et s’informer pour leurs achats de fin d’année ? En plus, cette année 58% d’entre eux prévoient d’acheter en ligne plus que les années précédentes. Alors, pour ne pas rater une belle opportunité de croissance, découvrez les étapes incontournables pour optimiser votre flux de produits sur Google Shopping. Spoiler : l’anticipation est l’élément clé !

 

Google Merchant Center : comment bien optimiser son flux produit pour vos campagnes Google Shopping ?

1 – Vérifiez la configuration de votre flux de produits

Pour la création de votre flux de produits Google, les règles d’or sont les suivantes :
Catégorisez vos produits de manière pertinente et rigoureuse
Pensez à inclure toutes les variantes de vos produits avec les bon attributs et leur code GTIN
Assurez vous que les prix et devise sont bien les mêmes que sur votre page de destination
Et n’intégrez aucun texte promotionnel dans le titre ou les images de votre produit

Si c’est là première fois que vous lancez une campagne Google Shopping et concernant la mise en ligne du flux de produits sur Google Shopping, le meilleur conseil que nous pouvons vous donner pour optimiser votre campagne est de réaliser tous vos paramétrages en amont. Pour cela :

  1. Deux semaines avant le lancement de votre campagne : importez un flux test
  2. Vérifiez ensuite que tout fonctionne et ajustez si besoin
  3. Si vous souhaitez modifier votre logo, pensez également à vous y prendre tôt, car sa validation peut prendre quelques jours
  4. Enfin, une semaine avant le lancement de votre campagne : intégrez le nouveau flux

À noter : les campagnes promotionnelles sont examinées le jour-même, mais il arrive que l’analyse dure jusqu’à 72h, notamment en période de pic d’activité comme les fêtes de fin d’année. Alors encore une fois, si vous ne voulez laisser aucune place au hasard : an-ti-ci-pez !

2 – Optimisez le contenu de votre flux de produits

Rédaction du titre : Pour offrir un maximum de chances à votre annonce de convertir, voici quelques incontournables :

  1. proposez un titre clair et concis
  2. détaillez les principaux attributs de votre produit (nom, type, couleur, caractéristique ou référence…)
  3. et placez les plus importants en premier !

Présentation du type de produit : Nous vous recommandons de décrire les éléments de vos produits de manière précise pour l’ensemble de votre catalogue.
N’hésitez pas à enrichir votre flux de l’attribut “catégorie de produits Google” : si vous ne le faites pas, c’est Google qui en générera automatiquement.

Googlebot : Votre site ecommerce aussi doit être bien optimisé et catégorisé ! C’est pourquoi nous vous conseillons de bien vérifier les possibilités d’exploration de vos pages de destination et de vos images par les robots de Google, en consultant le fichier robots.txt.

Google Ads : examinez la structure de votre campagne Shopping

 

1 – Préparez votre campagne en amont

Nous ne le répéterons jamais assez, afin de vous prémunir de tout aléa de dernière minute et bénéficier de toute la puissance d’une campagne bien planifiée, nous vous conseillons de :

  1. Activer les campagnes et définir une date de début appropriée au moins une semaine avant leur lancement.
  2. Ne pas modifier vos annonces au dernier moment : si vous le faites, elle seront automatiquement renvoyées pour réexamen !

2 – Optimisez les paramètres de priorité de campagnes shopping standard

Saviez-vous que les campagnes Shopping intelligentes (“Campagnes Smart Shopping”) sont prioritaires sur les campagnes Shopping standard ? De fait, l’optimisation via les priorités sur les campagnes Shopping ne pourra être appliquée que sur les campagnes Shopping Standard et non les campagnes Smart Shopping.

Problèmes courants concernant les comptes et les articles

Si vous rencontrez des problèmes lors du parametrage de vos campagnes de noël sur Google Shopping, ils peuvent provenir :

  1. D’incohérences (ou d’informations manquantes) au niveau des prix, des frais de port ou des taxes
  2. D’une impossibilité d’achat pour les utilisateurs ou certain d’entre eux
  3. D’une superposition au niveau des images (par exemple du texte promotionnel dans la photo du produit)
  4. Du non-respect du règlement de Google Shopping

Si vous rencontrez des difficultés dans la mise en œuvre de vos campagnes de fin d’année, contactez le support de Google ou adressez-vous à votre contact Google, ils vous aideront à les résoudre.

Besoin d’aide sur vos campagnes de noël Google Shopping ? Gagnez du temps !

 

Vous pouvez également gagner en efficacité et ne plus perdre de temps sur des sujets que vous pouvez confier à une équipe d’experts : contactez-nous, nous serons heureux de vous apporter notre savoir-faire pour maximiser votre chiffre d’affaires à Noël grâce à des campagnes Google Shopping parfaitement optimisées !

La Valeur Client (LTV), désabonnement : mesurez les indicateurs à long terme grâce à Google Analytics

Les mesures à long terme comme la valeur du cycle de vie des clients (LTV – Life time value) et le taux de désabonnement sont souvent ignorées dans les processus d’analyse et d’optimisation. Certainement parce qu’il est assez difficile de suivre et mesurer la fidélité à l’aide d’outils courants comme Google Analytics et Optimize. Elles sont pourtant très instructives lorsqu’elles sont associées à d’autres mesures plus basiques, comme les transactions ou les revenus. Dans cet article, nous faisons le point sur plusieurs manières de suivre le taux de désabonnement et le cycle de vie des clients avec Google Analytics et vous proposons d’autres solutions encore plus utiles…
Valeur du cycle de vie - LTV
Selon le logiciel que vous utilisez, il peut y avoir des solutions prêtes à l’emploi. Par exemple, sur Shopify, vous pouvez utiliser Littledata pour envoyer une valeur LTV plus précise dans une interface personnalisée de Google Analytics. Le plus souvent, cependant, il n’y a pas de bonne solution disponible et il est nécessaire de faire de nouveaux développements sur vos configurations existantes dans vos comptes Analytics. Certains pensent souvent, à tort, que ces mesures de rétention à long terme sont pertinentes uniquement pour quelques types d’entreprises spécifiques. Il est vrai que des indicateurs tels que le taux de désabonnement sont essentiels pour les produits SaaS et les produits d’abonnement, pourtant toute entreprise qui suit attentivement son activité devrait mettre en place ses indicateurs de performance à long terme tel que le taux de fidélité, taux de réachat. Et nous ne parlons pas simplement de les suivre, mais de les analyser et d’optimiser l’activité en tenant compte de ces indicateurs. Et nous ne sommes pas les seuls ! La Harvard Business Review souligne ainsi : « L’acquisition d’un nouveau client est de cinq à 25 fois plus coûteuse que la fidélisation d’un client existant. C’est logique : vous n’avez pas besoin de consacrer du temps et des ressources à la recherche d’un nouveau client – il faut garder celui que vous avez déjà. » Donc, si vous vous êtes concentré sur l’acquisition de nouveaux clients et sur des mesures telles que les revenus ou les transactions, cet article est fait pour vous !

Comment mesurer les indicateurs de fidélisation tels que la LTV et le taux de désabonnement ?

Les indicateurs de fidélisation à long terme les plus pertinents pour vous dépendent de votre secteur d’activité, mais les plus courants sont la valeur du cycle de vie des clients (LTV) et le taux de désabonnement. Vous trouverez ci-dessous une liste de KPI de fidélisation populaires. À vous de voir lesquels sont les plus pertinents pour votre entreprise !
Mesures courantes de fidélisation de la clientèle (Source )
  1. Taux de désabonnement
  2. Taux d’attrition du chiffre d’affaires
  3. Taux de croissance des clients existants
  4. Taux d’achat répété
  5. Taux de retour des produits
  6. Jours d’encours de vente
  7. Score de promoteur net
  8. Temps entre les achats
  9. Taux de clients fidèles
  10. Valeur du cycle de vie des clients

Identification de l’utilisateur pour Google Analytics

Presque toutes les mesures de rétention nécessitent une mise en œuvre correcte de l’ID utilisateur.
Cela signifie que vous devez identifier l’utilisateur au fil du temps, même s’il utilise plusieurs appareils ou navigateurs. Heureusement, dans la plupart des cas, les actions telles que la réalisation d’un achat ou la souscription à un abonnement impliquent une certaine forme d’authentification. S’il est possible de suivre les mesures de rétention avec Google Analytics seul, dans la plupart des cas, vous obtiendrez des résultats bien meilleurs (et plus précis) en le combinant avec d’autres solutions.

Envoi de données de rétention dans Google Analytics

Cette solution consiste à envoyer les données de rétention dans une interface personnalisée de Google Analytics.
Le flux de travail exact dépend du logiciel (CRM, CMS, base de données, etc.) que vous utilisez, mais le processus général ressemble à ceci. Créez une dimension personnalisée dans Google Analytics (adaptée à l’utilisateur)

1. Créez une dimension personnalisée dans Google Analytics (adaptée à l’utilisateur)

Dimension personnalisée Google Analytics

2. Pour les utilisateurs connectés/identifiés, tirez les valeurs des mesures de rétention pertinentes à partir d’une base de données ou d’un autre système (CRM, CMS…)

Voici un exemple avec des données de commande stockées dans BigQuery.
Commande stockées dans BigQuery

3. Rendez les mesures de rétention disponibles dans la couche de données (Datalayers)

Datalayers Purchase Count

4. Envoyez vos mesures de rétention dans le tableau de bord

Utilisez Google Tag Manager pour envoyer vos mesures de rétention à Google Analytics, en utilisant la dimension personnalisée ou les emplacements/indices de mesure selon la façon dont vous les avez configurés à l’étape 1.
Dimension personnalisée Tag Manager
Maintenant que ces données sont disponibles dans Google Analytics, vous pouvez en faire ce que vous voulez ! Voici quelques exemples. Utilisation de la LTV dans un rapport personnalisé de Google Analytics
rapport personnalisée Google Analytics
La LTV dans le rapport de l’explorateur des utilisateurs de Google Analytics
Rapport d'explorateur des utilisateurs de Google Analytics
Remarquez la différence entre la LTV que Google Analytics indique par défaut (439 $) et la valeur que nous voyons dans la dimension personnalisée (2 016 $). Cela s’explique par le fait que Google Analytics ne peut pas suivre l’utilisateur avec autant de précision que votre système backend ou la plateforme de commerce électronique que vous utilisez. Il en va de même pour les autres mesures de rétention, l’obtention de mesures précises nécessite un travail personnalisé.

Segments personnalisés dans Google Analytics

La liste des cas d’utilisation possibles de ce type de données est illimitée. Nous vous recommandons donc de créer des segments personnalisés dans Google Analytics pour les clients qui se situent dans les 10 % supérieurs en termes de LTV pour voir ce qui les différencie du reste des visiteurs. Outre le fait que pourcentage de ces clients effectuent des achats plus nombreux/plus importants, bien sûr. Des éléments tels que leur source de trafic, les pages sur lesquelles ils ont atterri, les variantes de tests A/B qu’ils ont vues, etc. peuvent être très instructifs.

Stockage et analyse des données à plus grande échelle

Si vous n’êtes qu’au début de l’utilisation des mesures de rétention et que vous optimisez encore principalement des mesures génériques telles que les sources de revenus, le total des transactions et le total des revenus, vous avez tout intérêt rester sur Google Analytics.
Mais si vous voulez passer à l’étape supérieure, pour analyser en profondeur et optimiser la fidélisation et le cycle de vie des clients, vous avez besoin d’un système de gestion des données spécifique. Voici un guide rapide, étape par étape :
  1. Envoyez toutes les données Google Analytics dans un système spécifique de gestion des données (par exemple, BigQuery). Les outils utilisant l’API de reporting (la plupart d’entre eux) peuvent vous aider à démarrer, mais pour obtenir de véritables données non échantillonnées au niveau des résultats, il vous faut un outil tel que Parallel Tracking.
  2. Transférez, triez, faites remonter les données d’autres sources pertinentes dans votre système de gestion de données. Il peut s’agir de votre base de données, de votre CRM, de vos outils de marketing, de vos plateformes publicitaires, de votre support client, de votre chat en direct et de tout autre outil contenant des données sur vos clients et leurs interactions avec votre marque. Des outils en libre-service comme Stitch peuvent vous aider à démarrer, mais nous vous recommandons des solutions plus flexibles.
  3. Enfin, pour accéder aux données stockées dans votre système de données : vous avez besoin d’un outil (il peut s’agir d’outils distincts) capable de gérer les requêtes ad hoc, les tableaux de bord, les rapports automatisés et la création de modèles de données. Des solutions comme Google Data Studio vous permettront de démarrer. Mais Looker ou Tableau sont plus performants. Dans tous les cas, la meilleure solution sera composée d’un ensemble d’outils optimal pour vous, adapté à vos besoins spécifiques.
Si Google Analytics vous a permis de réaliser toutes sorte de rapports et analyses utiles, avec la configuration ci-dessus, vous verrez à quel point les options deviennent riches, pour ne pas dire illimitées !

Disposer d’un système de gestion et d’analyse de données approprié constitue un réel avantage concurrentiel

Non seulement il vous donne la possibilité d’obtenir une très bonne vue d’ensemble de l’état actuel de votre entreprise et de vos clients, mais il permet également d’optimiser véritablement l’expérience et le parcours de l’utilisateur. Ce qui conduit à une amélioration des mesures de rétention, de la baisse de vos coûts d’acquisition et la hausse de votre chiffre d’affaires. N’oubliez pas que l’acquisition d’un nouveau client coûte de cinq à 25 fois plus cher que la fidélisation d’un client existant ! Pour vous convaincre de l’utilité d’un système de gestion de données efficace, voici quelques exemples de questions auxquelles il serait très difficile de répondre sans cela :
  • Les achats provenant de quels canaux de trafic sont les plus susceptibles d’être remboursés à un moment donné dans le futur ? Cela pourrait vous amener à revoir votre budget marketing.
  • Quelles sources de trafic ont la rétention/LTV la plus élevée ?
  • Quelle est la corrélation entre la valeur de l’abonnement ($) et le taux de désabonnement ?
  • Quel est l’impact à long terme de vos campagnes ou de vos expériences A/B ?
  • Les gains rapides entraînent-ils une augmentation du taux de désabonnement ou une diminution de la VLT ?
Les données provenant de différentes sources s’additionnent-elles ? Peut-être Google Analytics manque-t-il certaines transactions qui se trouvent dans votre backoffice ou peut-être certaines d’entre elles sont-elles des doublons ? Par exemple :
Analyse des transactions
Comme vous pouvez le constater, il manque à Google Analytics un bon nombre de données de transactions, ce qui nécessite une analyse plus approfondie. Il s’agit certainement d’un élément que vous devriez inclure dans votre base de données Google Analytics. Et ceci n’est qu’une courte liste d’idées pour vous faire réfléchir sur ce qui est possible avec un système d’analyse de données approprié !

Travailler avec des événements récurrents automatiques

Il est également important de garder à l’esprit que certaines mesures de rétention peuvent changer sans que l’utilisateur lui-même ne fasse quoi que ce soit. Vous devez donc vous assurer que ces cas sont suivis et pris en compte, notamment en ce qui concerne :
  • Les commandes/paiements récurrents
  • L’expiration d’un abonnement
  • L’expiration du mode de paiement
  • Les commandes modifiées/annulées (par exemple, en raison d’un article manquant).
Si votre système de gestion de données a été configuré correctement, vous devriez déjà disposer de ces informations. Veillez simplement à les inclure dans vos analyses et rapports. Si vous ne disposez pas d’un système de gestion de données et que vous essayez de résoudre ce problème avec Google Analytics uniquement, vous devez utiliser un protocole de mesure. Certaines des plateformes d’abonnement les plus courantes, comme ReCharge pour Shopify, intègrent cette fonctionnalité ou peuvent être résolues par des solutions tierces, mais un développement personnalisé est souvent nécessaire.

En somme …

Si dans votre domaine d’activité clients sont censés générer de la valeur plus d’une fois (achat répété, abonnement, etc.), vous devez commencer à vous concentrer sur vos mesures de rétention. Google Analytics peut vous aider à démarrer avec les mesures de base et une précision limitée. Une meilleure configuration serait de combiner Google Analytics avec Parallel Tracking mais, si vous voulez vraiment optimiser ces mesures, vous avez besoin d’un système de gestion de données personnalisé où toutes les données marketing sont rassemblées. Vous avez des questions à ce sujet ? Contactez-nous, nous serons heureux d’échanger avec vous sur ces sujets et vous aider à résoudre vos problématiques d’analyse des données !

Google Ads : améliorez votre Quality score en 4 étapes

Vous souhaitez optimiser la performance de vos campagnes Google Ads ? Augmenter votre chiffre d’affaires sans faire grimper vos dépenses ? Pour cela vous devez améliorer votre « Quality Score ». Découvrez notre check list en quatre points pour booster vos performances.

Qu’est-ce que le Quality Score de Google Ads ?

En premier lieu, pour les néophytes, le Quality Score est évaluation de vos campagnes SEA par Google. Cette note porte sur la qualité de l’expérience utilisateur, depuis la lecture de vos annonces jusqu’au clic vers les pages de destination de votre site. Retrouvez aussi ici la définition de Google du niveau de qualité google ads.
Le Quality Score peut aller de 1 à 10, 1 étant la note la plus basse et 10 la plus élevée. Vous pouvez le consulter sur vos tableau de bord Google Ads.
Quality Score Google Ads
Quality Score – Niveau de Qualité
En substance, le Quality score (ou niveau de qualité Google Ads) est une indication sur le bénéfice apporté par vos annonces et vos landing pages aux consommateurs. Pour comprendre comment il est déterminé, sachez que trois principaux facteurs influencent la notation, à savoir :
  • **Le taux de clics *attendu ou CTR (Click-Through Rate) : quelle est la probabilité qu’une personne clique sur votre annonce, lorsque Google l’affiche ?
  • La pertinence de l’annonce : l’annonce répond-elle aux besoins exprimés dans les mots-clés ciblés ? Est-il logique que l’annonce apparaisse lorsque quelqu’un recherche un mot-clé particulier ?
  • La qualité de la page de destination (ou landing page) : les informations de la page de destination correspondent-elles à ce que l’annonce propose, et vice versa ?
Ces trois points vous donnent une bonne indication des étapes à suivre pour optimiser vos campagnes, c’est-à-dire :
  1. Optimiser le CTR
  2. Améliorer la pertinence de vos annonces
  3. Offrir à vos visiteurs une expérience de qualité sur vos landing pages
  4. … et on vous donnera une dernière astuce pour mieux optimiser vos annonces

Comment optimiser le CTR de vos annonces Google Ads pour améliorer votre Quality Score ?

Le CTR estime la probabilité qu’une personne clique sur votre annonce lorsqu’elle apparaît pour l’un des mots-clés que vous avez choisis. Il suppose que le terme de recherche correspond exactement au mot-clé ciblé. Cette probabilité est exprimée sous forme de statut :
  • Supérieur à la moyenne
  • Moyen
  • Inférieur à la moyenne
Les deux premiers cas signifient qu’il n’y a pas de problème significatif avec le CTR attendu, même s’il est évident qu’un CTR supérieur à la moyenne aura de meilleures chances de convertir. Cependant, un CTR inférieur à la moyenne est clairement problématique. Il est alors indispensable de modifier dans les plus brefs délais le texte de l’annonce associé à ce mot-clé (notamment en répétant davantage le mot-clé). Si l’on prend l’exemple d’un vendeur de chaussures pour homme visant un client à la recherche de baskets. Son groupe d’annonces peut contenir les mots-clés suivants : baskets blanches, baskets de ville, baskets en cuir, baskets en daim… Une annonce mal rédigée dirait :
Les souliers de Marcel Rendez-vous sur notre boutique en ligne pour découvrir une large variété de chaussures et bénéficiez de 50 % de réduction !
Notez que cette annonce ne contient aucun des mots clés pertinents, ce qui signifie que l’internaute qui a tapé les requêtes détaillées dans le groupe d’annonces a peu de chances de cliquer dessus. Voici à quoi pourrait ressembler une annonce plus attrayante :
Les souliers de Marcel – Baskets de ville et de sport Baskets en cuir, en tissu ou en daim : découvrez notre gamme de baskets blanches ou de couleur, dans une large variété de matières. Promotion sur les baskets blanches : bénéficiez de 50 % de réduction sur nos baskets en cuir, en tissu ou en daim.
Cet exemple montre qu’il est utile de créer deux annonces ou plus par groupe d’annonces. Vous pourrez alors incorporer plus d’un mot-clé visé dans chaque annonce afin d’améliorer votre CTR. À noter : en plus de travailler sur votre texte d’annonce, vous pouvez également affiner vos mots clés afin d’améliorer votre CTR attendu. Envisagez de supprimer les mots clés que les gens ne recherchent pas vraiment, ou ajoutez une plus grande variété de mots clés à vos groupes d’annonces en effectuant un diagnostic des mots clés. Ainsi, pour les boutiques en ligne, la réalisation d’une analyse sémantique permettant d’identifier les plus gros volumes de requêtes par type de produit est fortement recommandée.

Comment améliorer la pertinence de vos annonces Google Ads pour augmenter votre Quality score ?

Le second point incontournable pour améliorer votre Quality score ou Niveau de Qualité Google Ads est de considérer la pertinence de vos annonces. L’objectif est ici de savoir dans quelle mesure le message de vos annonces correspond aux mots-clés qu’elle cible. Là encore, il existe trois statuts possibles en ce qui concerne la pertinence des annonces : « Supérieure à la moyenne », « Moyenne » ou « Inférieure à la moyenne ». En reprenant les groupes de mots-clés visés par la Boutique Les Souliers de Marcel (baskets blanches, baskets de ville, baskets en cuir, baskets en daim…), une annonce avec un statut « Inférieur à la moyenne » pourrait dire :
Les souliers de Marcel Visitez nos boutiques situées au cœur de Paris, pour arborer les plus beaux looks de la capitale.
Cette annonce n’est pas suffisamment pertinente car elle n’intègre aucun des mots-clés sur lesquels la boutique enchérit et leur contenu ne traite pas de baskets. Pour améliorer la pertinence de cette annonce, il suffit de la reformuler en y ajoutant ces mots-clés.
Les souliers de Marcel – Les plus belles baskets de Paris Visitez nos boutiques parisiennes, pour découvrir nos modèles de baskets en cuir, en daim ou en tissus. Baskets blanches ou colorées, à vous de choisir !

Comment améliorer l’expérience utilisateur sur mes landing pages afin d’augmenter mon Quality Score ?

Lorsque vous essayez d’améliorer le Quality Score ou niveau de qualité Google Ads de vos campagnes, vous devez les analyser la pertinence de vos landing pages par rapport aux attentes supposées des internautes qui ont tapé les mots-clés que vous visez. Voici quelques questions utiles à vous poser :
  • Quelle est l’utilité de ma page de destination pour une personne qui clique sur l’annonce ?
  • Ma landing page (page de destination) est-elle bien organisée ?
  • Son contenu éditorial est-il en rapport avec les termes de recherche visés (mots-clés) ?
  • Ma landing page est-elle claire ?
  • Les produits que j’y propose correspondent-ils bien aux mots-clés que je vise ?
Pour revenir à l’exemple des Souliers de Marcel, nous pouvons examiner l’une des annonces améliorées ci-dessus :
Les souliers de Marcel – Baskets blanches Découvrez notre sélection de baskets blanches pour homme, en cuir ou en tissu.
Supposons que quelqu’un recherche « Baskets blanches », regarde votre annonce et clique sur votre annonce… pour être redirigé vers une page de destination présentant des baskets de couleur. La page ne correspond pas au terme de recherche de cette personne, ce qui signifie qu’elle ne lui est pas utile. Ou bien, supposons qu’une personne clique sur votre annonce qui correspond à son terme de recherche, mais qu’elle est bombardée de fenêtres pop-up ou que la page est trop longue à charger. Ces facteurs sont susceptibles d’affecter son expérience utilisateur et de l’amener à quitter votre landing page. Dans cette optique, assurez-vous que votre page de destination est bien organisée et qu’elle contient tout ce dont l’internaute a besoin. Il est ainsi recommandé d’y inclure des informations utiles, des liens connexes, une vue claire du panier et des informations de contact.

Notre dernier conseil pour améliorer votre Quality score : rassemblez vos mots-clés par champ sémantique

Lorsque vous configurez vos campagnes, que vous intégrez vos annonces et vos mots-clés, vous créez des groupes d’annonces dans lesquels ils seront placés. Pour cela, il est préférable d’utiliser plusieurs groupes d’annonces logiques (classés par champ sémantique) plutôt que de regrouper tous vos mots-clés dans un seul groupe d’annonces.
Groupe d'annonces Google Ads
Exemple de groupes d’annonces ciblant des modèles d’appareil
La méthodologie que nous vous recommandons est la suivante : regroupez vos mots-clés dans des catégories similaires, puis créez des annonces pertinentes pour chaque catégorie. Par exemple : Groupe d’annonces : baskets
  • Baskets en tissus
  • Baskets en cuir
  • Baskets en daim
Groupe d’annonces : Richelieu
  • Richelieu pour homme
  • Richelieu noires
  • Richelieu à boucles
Groupe d’annonces : Mocassins
  • Mocassins en cuir
  • Mocassins bleus
  • Mocassins pour homme
En somme, l’amélioration de votre Quality score dans le cadre de vos campagnes Google Ads vous aide à maximiser les performances de votre budget publicitaire. En optimisant vos annonces en fonction des trois critères qui influencent le score de qualité : le taux de clics attendu (CTR), la pertinence de l’annonce et l’expérience de la page de destination, vous obtenez de meilleurs résultats et maîtrisez vos dépenses. *Le CTR est un ratio indiquant la fréquence à laquelle les personnes qui voient votre annonce cliquent finalement dessus. Le CTR peut être utilisé pour évaluer les performances de vos campagnes (choix des mots-clés et pertinence de vos annonces).

Comment mettre en place une stratégie SEA efficace pour un site e-commerce ?


En complément d’une stratégie de référencement naturel bien calibrée, les campagnes SEA (ou campagnes de référencement payant) peut vous permettre d’atteindre rapidement les objectifs que vous êtes fixés pour votre site e-commerce.

Mais à l’exemple d’un plan marketing, une campagne SEA demande une véritable organisation en amont, afin d’obtenir les meilleurs retours sur investissements. Avant de vous lancer, voici quelques éléments à connaître pour mettre en place une stratégie SEA éclairée, et surtout personnalisée pour votre site e-commerce.


Première étape : identifiez vos objectifs !

Toutes les campagnes de référencement payant peuvent servir différents objectifs :

  • Acquérir de nouveaux clients, en développant la notoriété et donc l’audience de votre site web
  • Rentabiliser vos campagnes de communication
  • Faire découvrir de nouveaux produits, promouvoir un lancement ou un évènement
  • Relancer des prospects et clients
  • Augmenter vos ventes
  • Etc…

Avant d’entamer les démarches pour créer votre campagne, vous devez donc vous demander quels objectifs sont pertinents par rapport à la stratégie digitale de votre entreprise.

Gardez à l’esprit que votre campagne doit prendre en compte les aspects qui sont propres à votre organisation. Par exemple :

  • Quelles sont les marques prioritaires que vous souhaitez mettre en avant ?
  • Quels sont les produits à plus forte marge parmi votre catalogue ?
  • Quel est l’état de vos stocks, et quelles sont vos prévisions en matière d’approvisionnement ?
  • Quels sont les évènements commerciaux planifiés, ou votre calendrier de promotions ?

Deuxième étape : prenez en compte le parcours d’achat

Phase importante, le tunnel de conversion (aussi connu sous le nom d’entonnoir d’achat ou des ventes) représente les différentes étapes par lesquelles un prospect passe avant de devenir un client. Il peut s’agir de la consultation de mailings, la visite du site web, des réseaux sociaux, des boutiques physiques etc … jusqu’à l’achat.

Google a récemment renommé cette phase le « messy middle ».
Le “Messy Middle” (Milieu en désordre) est la période plus ou moins courte, entre l’expression du besoin et l’achat d’un client.
Cette période contient un parcours aléatoire d’exposition à vos messages marketing et à ceux des concurrents, composé de diverses étapes d’inspiration, de recherche et de comparaison avant la prise de décision définitive : l’achat.

Votre mission est de guider et raccourcir cette phase. C’est ce qui vous permettra d’améliorer le taux de conversion de votre site ecommerce.

Il est donc important de bien connaître vos clients, la concurrence et l’offre informationnelle sur le marché : votre stratégie SEA n’en sera que plus performante. Chaque étape de ce parcours doit ainsi être accompagnée d’actions spécifiques afin d’atteindre les objectifs que vous vous êtes fixés.

À ne pas oublier : optimisez votre site e-commerce pour améliorer les performances de votre campagne SEA

Parmi ces optimisations, au sein de votre stratégie SEA, il est indispensable de prévoir l’optimisation votre site e-commerce. En effet, si beaucoup d’entreprises relient leurs annonces aux pages déjà existantes de leurs sites web, une bonne organisation de votre compte va aussi dépendre de l’arborescence et des catégories de votre site.

Le préalable à la réussite de vos campagnes est donc une catégorisation claire (ordonnée par catégories de produits, par marque, etc.) et la création de landing pages optimisées ( page d’atterrissage) pour servir les objectifs de votre campagne.

Celles-ci doivent notamment comporter un call-to-action (CTA) unique et bien défini afin d’encourager vos visiteurs ciblés à effectuer cette action (demande de devis, achat, réservation…).

Troisième étape : définissez vos indicateurs de performance

Une fois vos objectifs de vente définis et votre site bien catégorisé, il est essentiel de les chiffrer afin d’avoir un regard concret sur vos résultats, et d’optimiser la rentabilité de votre campagne.

À l’issue de cette étape, il vous faudra mettre en place des indicateurs de performance (KPI) qui vous permettront de mesurer votre retour sur investissement (ROI) et l’effet réel de vos dépenses.

Voici les principaux KPI à suivre et analyser pour déterminer les performances spécifiques de la stratégie SEA mise en place pour votre site e-commerce :

  • Le coût par clic (CPC) : le montant moyen facturé pour un clic sur votre annonce. Il est calculé en divisant le coût total des clics par le nombre total de clics.
  • Le score de qualité (Quality Score) : il s’agit d’une note située entre 0 et 10, attribuée à votre annonce par Google dans le cadre d’une campagne Google Ads. Elle est définie selon des critères de pertinence, le taux de clics attendu et la qualité de la page de destination.
  • Le taux de clics (CTR) : cet indicateur correspond au nombre de clics obtenus par rapport au nombre d’impressions de votre annonce.
  • La position moyenne : il s’agit de la place à laquelle votre annonce s’affiche sur une page par rapport aux autres annonces
  • Le nombre d’impressions : il s’agit de la fréquence de diffusion de votre annonce. Une impression est comptabilisée chaque fois que votre annonce est diffusée sur une page de résultats de recherche.
  • Le taux de conversion : ce pourcentage correspond au nombre moyen de conversions effectuées à chaque interaction avec une annonce.

Enfin, analysez l’évolution de votre chiffre d’affaires et l’audience générale de votre site sur le long terme. Car une campagne SEA bien menée a généralement un impact global sur votre activité qui n’est pas immédiatement mesurable sur un seul canal.

Quatrième étape : choisissez la bonne stratégie pour chacun de vos objectifs

Une fois que vos objectifs sont clairs et définis, qu’ils prennent en compte le parcours client et s’intègrent dans une stratégie globale d’acquisition pertinente, vous pouvez lancer des actions ciblées, étape par étape.

1. Développer la notoriété de votre marque et de vos produits

La première étape consiste à faire découvrir votre marque, vos produits ou vos services à de potentiels prospects. À ce stade, votre mission est de générer de la visibilité pour votre entreprise.

À cet effet, une stratégie efficace peut être la mise en place d’une campagne de publicité en Display, qui vous permettra dans un premier temps de toucher un large public. Vous pouvez notamment explorer les solutions proposées par Youtube Ads.

Annonçant plus d’un milliard de vidéos visionnées par jour, YouTube représente une réelle opportunité pour développer votre image de marque auprès de cibles spécifiques (tranche d’âge, géolocalisation, intérêts…) et promouvoir vos produits.

Parmi un large choix de formats (True View, Discovery TrueView, Bumper, Masthead, Google Preferred…), choisissez celui qui répond le mieux à vos besoins. Par exemple, True View, diffuse une publicité pendant que l’utilisateur visionne une vidéo, et a pour avantage de n’être facturé que si le spectateur visionne au moins 30 secondes de la publicité.

2. Susciter l’intérêt pour vos produits

Il s’agit là de convaincre des internautes qui éprouvent déjà un intérêt potentiel pour les produits que vous proposez. Afin de les cibler spécifiquement et de les amener à visiter votre site, vous pouvez opter pour une campagne Search via Google Ads.

Ce type de campagne vous permettra de faire apparaître votre annonce à côté des résultats de recherche de Google parfaitement ciblés, en affinité avec les besoins auxquels répondent vos produits. Vous touchez ainsi les utilisateurs au moment précis où ils recherchent le type de produits ou de services que vous proposez.

3. Motiver l’achat et générer du trafic sur votre site e-commerce

Lorsqu’un internaute est déterminé à acheter un produit que vous détenez dans votre catalogue, votre objectif est naturellement de l’inciter à l’acheter sur votre site.

Vous pouvez alors opter pour une campagne Google Shopping, qui vous permettra notamment d’afficher une fiche produit parmi les résultats de recherches ainsi que dans l’onglet Shopping de Google.

L’avantage de ce format est de viser directement les internautes engagés dans une démarche d’achat. Ces personnes sont en recherche active et comparent des produits similaires avant de faire leur choix.

La présentation dans les pages de résultat de Google favorisant l’affichage des produits mises en avant en haut de page, lorsque les requêtes des internautes sont clairement liées à un achat: les produits vendus sur votre site e-commerce seront ainsi valorisés.

4. Relancer un client ou un prospect potentiel

Malgré la qualité des campagnes que vous avez mises en place, il arrive parfois que les internautes n’effectuent pas d’achat lors de la première visite sur votre site, ou lors de la diffusion de votre annonce.

Vous avez alors la possibilité d’effectuer une relance commerciale personnalisée via l’outil de remarketing de Google Ads. Celui-ci permet d’accroître les performances de vos campagnes en présentant à nouveau vos publicités à des internautes ciblés et ayant réalisé une interaction avec l’une d’entre elles.

Ces solutions vous permettent non seulement de réengager votre audience, de faire aboutir des achats ou un panier abandonné, mais aussi de conclure les processus de conversion de vos prospects !

Vous vous posez des questions sur vos campagnes ? Vous avez du mal à optimiser votre stratégie SEA pour maximiser les ventes sur votre site e-commerce ?

Contactez-nous ! Nos experts vous aideront à bâtir une stratégie personnalisée, entièrement paramétrée pour atteindre vos objectifs spécifiques et les faire évoluer dans le temps en fonction de vos performances.