Adenlab

Microsoft Performance Max s’ouvre en version bêta

Avec une part de marché relativement modeste, Bing ne cesse de montrer sa volonté d’innovation et de concurrence. La plateforme a introduit une série d’améliorations et d’innovations dans le but d’offrir une expérience de recherche unique à ses utilisateurs et d’ébranler la suprématie de Google. Pour faire suite à Google, Microsoft annonce l’ouverture d’une bêta de Performance Max sur Bing. Il est à noter que la dynamique du marché des moteurs de recherche pourrait évoluer à mesure que ces innovations seront adoptées par un public plus large.

Malgré tout, dans l’univers des moteurs de recherche, Google règne en maître incontesté, dominant sur toutes les régions du globe. Que vous consultiez des sources comme Statscounter ou d’autres, la prédominance de Google est indiscutable.


Microsoft a ouvert sa plate-forme Performance Max, un type de campagne automatisée, en version bêta pour certains marchés, leur donnant accès à l’inventaire et la possibilité de diffuser des annonces sur son réseau.

Google avait annoncé le développement en 2020 d’un Performance Max (PMAX) similaire, une plateforme basée sur des objectifs qui permet aux annonceurs d’accéder à tous les canaux Google Ads à partir d’une campagne en utilisant Merchant Center. Il a été officiellement lancé en novembre 2021.

Les fonctionnalités clés intégrées à Microsoft Performance Max incluent les annonces de recherche réactives, les annonces de produits, les enchères automatisées, les signaux d’audience, le ciblage prédictif, les annonces de recherche dynamique et bien d’autres.

LE CONCEPT

L’idée est de simplifier la charge de travail des marketeurs et de leur redonner du temps pour se concentrer sur le processus créatif. La possibilité de travailler directement avec Microsoft sur les campagnes Performance Max donnera également aux annonceurs plus de transparence et d’informations sur les rapports au niveau des actifs.

Sur la base des contributions des spécialistes du marketing, Microsoft diffusera une variété d’annonces riches sur Bing, AOL, Yahoo, MSN, Edge, Outlook, etc.

La plate-forme automatisée rassemble différents médias dans une seule campagne pour trouver et attirer les meilleures audiences.

Au lancement, Microsoft Performance Max disposera de tous les contrôles dont dispose la campagne Smart Shopping. Cependant, certains problèmes subsistent que l’entreprise doit résoudre.

Le processus de création nécessite cinq étapes :

– Configurez le suivi des conversions via un UET ou avec des objectifs de conversion hors ligne.

– Définissez des stratégies de budget et d’enchères pour maximiser les conversions dans les objectifs de dépenses de retour sur annonce (ROAS) cibles facultatifs. Définissez et maximisez les valeurs de conversion avec des objectifs de coût par acquisition (CPA) cibles facultatifs.

– Activez l’expansion de l’URL finale, car elle aide à diriger les consommateurs vers la page de destination la plus pertinente et permet à Microsoft de créer des ressources supplémentaires en fonction de ce qui fonctionne bien sur les pages de destination.

– Ajoutez des éléments tels que du texte et des images pour vous assurer que la boutique de la marque est configurée avec Microsoft lors de l’utilisation du Merchant Center.

– Les signaux d’audience aideront Microsoft en ce qui concerne le ciblage prédictif, qui à son tour peut aider les spécialistes du marketing à cibler votre public.

En conclusion, l’introduction par Microsoft de sa plateforme Performance Max en version bêta témoigne de sa volonté continue d’innover et de rivaliser sur le marché des moteurs de recherche. Bien que Google demeure le leader incontesté, les efforts de Bing pour fournir une expérience de recherche enrichie et unique peuvent jouer un rôle clé pour remodeler la dynamique de ce marché. La plateforme automatisée de Microsoft, qui offre une multitude de fonctionnalités clés aux annonceurs, promet de simplifier le travail des spécialistes du marketing et pourrait potentiellement inciter un public plus large à explorer ses services. Cela souligne l’importance de l’innovation et de l’adaptabilité dans le paysage en constante évolution des technologies numériques.

Faites décoller vos ventes avec les promotions du Google Merchant Center !

Dans cet article, nous allons explorer comment utiliser efficacement les promotions sur Google Merchant Center pour augmenter vos taux de clics, stimuler les conversions et attirer un trafic plus large sur tous les écrans. Nous déterminerons également quels types de promotions sont éligibles ou non !

Les promotions dans Google Merchant Center offrent un moyen performant de présenter vos offres en ligne sur plusieurs propriétés Google, notamment la recherche Google, l’onglet « Shopping », Chrome et bien d’autres. En ajoutant des promotions aux produits que vous vendez sur Google, vous pouvez augmenter leur attractivité. Un lien « offre spéciale » s’affiche à côté de vos produits (par exemple, « 15 % de remise », « livraison gratuite », etc.), ce qui peut inciter les internautes à passer à l’achat. À noter que ces promotions n’affectent pas les taux de coût par clic (CPC).

Pour bénéficier de ces avantages, vous devez avoir un flux de produits actif dans Google Merchant Center. Une fois que vous avez activé les promotions, vous pouvez en créer de plusieurs types, qui seront ensuite examinés par les équipes de Google.

Types de promotions autorisés

Google Merchant Center accepte divers types de promotions, y compris les remises en pourcentage, les cashbacks, les offres « deux pour le prix d’un » ou les remises sur l’achat d’un second produit. D’autres promotions incluent des articles offerts, des cartes-cadeaux d’une valeur spécifiée ou des frais de port offerts ou réduits. Cependant, il est important de noter que ces promotions n’influent pas sur le classement de vos annonces sur Google.

=> ca veut dire quoi ? on c’est que les promos on un impact sur les perfs … pourquoi dire que ca n’a pas d’infuences ?

Les types de promotions suivants sont autorisés :


Types de promotions non autorisés

Néanmoins, toutes les promotions ne sont pas acceptées. Google refuse les promotions qui ne sont pas accessibles à la majorité ou à la totalité des utilisateurs susceptibles de les voir. Cela comprend les promotions réservées à un groupe spécifique, comme les militaires ou les étudiants. Cependant, les promotions destinées aux nouveaux clients sont autorisées.

Les types de promotions suivants ne sont pas autorisés :


Remarque : Le nombre de promotions en cours n’est plus limité. La limite précédente de 500 a été supprimée.

En outre, si vous avez un compte Shopify ou WooCommerce, vous pouvez associer vos remises sur ces plateformes à votre compte Merchant Center pour diffuser des promotions pour vos produits sur Google. En utilisant cette fonctionnalité, vous n’aurez pas besoin de créer de promotions via votre compte Merchant Center.

2 façons de créer une promotion depuis votre Merchant Center

Option 1 : Utiliser l’outil de création de promotions

L’outil de création de promotions se trouve dans le Tableau de bord des promotions de votre compte Merchant Center. Il vous permet de saisir manuellement des promotions individuelles. Utilisez cet outil lorsque vous n’avez qu’un petit nombre de promotions à envoyer.

Pour ajouter manuellement des promotions, procédez comme suit :

  1. Connectez-vous à votre compte Merchant Center.
  2. Dans le menu de navigation, cliquez sur Marketing, puis sur Promotions.
  3. Cliquez sur le bouton “+”.
  4. Sélectionnez un pays et une langue pour la promotion. Le pays détermine la devise des prix indiqués dans la promotion.
  5. Sélectionnez la destination sur laquelle diffuser votre promotion : annonces Shopping, fiches gratuites, fiches Acheter sur Google ou annonces produits en magasin (vous pouvez en sélectionner plusieurs).
  6. Sélectionnez les catégories qui correspondent le mieux à votre promotion.
  7. Suivez les instructions qui s’affichent, puis cliquez sur Enregistrer.

Option 2 : Créer un flux de promotions

Un flux de promotions est une feuille de calcul qui contient toutes les promotions que vous proposez en ligne. Utilisez un flux lorsque vous souhaitez envoyer de nombreuses promotions.

Vous devrez d’abord créer une feuille de calcul (par exemple, un fichier .txt, un fichier .xml ou Google Sheets). Pour en savoir plus, cliquez sur Flux de promotions en haut à droite du Tableau de bord des promotions. Pour connaître tous les détails, consultez les Spécifications du flux de promotions. Pour modifier une promotion existante, consultez l’article Modifier une promotion ou son état.

Si vous avez déjà créé des flux de promotions pour d’autres fournisseurs, vous pouvez définir des règles pour modifier vos données existantes afin qu’elles répondent aux exigences des spécifications du flux de produits. Découvrez comment définir des règles de flux.

En résumé, les promotions sur Google Merchant Center offrent un excellent moyen d’optimiser votre taux de clics, d’augmenter vos conversions et d’attirer un trafic multi-écran. En utilisant ces outils efficacement, vous pouvez vous démarquer dans le paysage concurrentiel du e-commerce et stimuler vos ventes en ligne.

Google met une nouvelle fois à niveau la recherche à la Conférence I/O : IA Générative et Perspectives font Monter la Barre

 

Google a profité de la conférence I/O pour lever le voile sur des innovations majeures en matière de recherche. Parmi elles, l’Intelligence Artificielle (IA) générative et un nouvel outil baptisé ‘Perspectives’ promettent de révolutionner l’expérience utilisateur.

Dans le cadre de cet événement très attendu, Google a présenté plusieurs avancées inédites en matière de recherche. L’IA générative et l’outil ‘Perspectives’ figurent parmi les mises à jour les plus marquantes.

Ces nouveautés, dont l’objectif est d’améliorer significativement les résultats de recherche, vont transformer la façon dont les utilisateurs explorent et appréhendent l’information sur le web. La technologie ‘Perspectives’ offre plusieurs points de vue sur un même sujet, tandis que l’IA générative vise à affiner et à personnaliser les résultats de recherche.

Ces avancées signent une nouvelle ère dans la recherche en ligne, offrant aux utilisateurs des moyens inédits pour découvrir et approfondir les sujets qui les intéressent.

IA générative transformatrice

Surnommée Search Generative Experience (SGE), la nouvelle fonctionnalité d’IA générative de Google est une nouvelle approche des requêtes de recherche.

 

Cette technologie est conçue pour simplifier les tâches de recherche complexes et fournir des instantanés d’informations clés liés à des ressources plus approfondies.

L’IA générative de Google peut répondre à des questions plus détaillées, comme comparer deux parcs nationaux pour une famille avec de jeunes enfants et un chien, en fournissant des détails pertinents et des suggestions pour une exploration plus approfondie.

SGE améliore également l’expérience d’achat en ligne en fournissant des informations complètes sur les produits, notamment des avis, des évaluations, des prix et des images de produits à jour.

Cette nouvelle expérience d’achat s’appuie sur le Shopping Graph de Google, qui contient plus de 35 milliards de listes de produits, toutes mises à jour en permanence.

Conscient des limites connues de l’IA générative et des grands modèles de langage (LLM), Google a mis en place des garde-fous, comme la limitation des types de requêtes où ces capacités apparaîtront, pour assurer la qualité et la fiabilité des résultats de recherche.

La fonctionnalité SGE est actuellement disponible à titre expérimental dans les laboratoires de recherche sur le bureau Chrome et l’application Google pour les utilisateurs d’Android et d’iOS aux États-Unis, son interface étant uniquement en anglais au lancement.

DIVERSIFIER LA RECHERCHE AVEC PERSPECTIVES

En complément de sa technologie d’IA générative, Google introduit la fonctionnalité « Perspectives ».

 

Ce nouvel outil mettra en évidence les vidéos longues, les images et les messages écrits des forums de discussions, des sites de questions-réponses et des plateformes de médias sociaux dans les résultats de recherche.

La fonctionnalité est conçue pour aider les utilisateurs à comprendre les sujets à travers les expériences et les perspectives des autres, en apportant une touche plus humaine à l’information numérique.

Par exemple, si un utilisateur cherche des conseils pour se faire des amis dans une nouvelle ville, le filtre « Perspectives » affichera des résultats contenant des histoires personnelles et des conseils provenant de diverses sources en ligne.

Google souligne que « Perspectives » améliorera la qualité du contenu des avis dans les résultats de recherche, en mettant en évidence les expériences de première main ou le contenu créé par des personnes ayant une connaissance approfondie d’un sujet.

Mise à jour du système de classement de contenu utile

Dans le cadre de l’accent mis sur la qualité de l’information, Google met à jour son système de contenu utile pour mieux comprendre le contenu d’un point de vue personnel ou expert, contribuant ainsi à faire apparaître davantage de ces « joyaux cachés » sur la recherche.

Pour obtenir les dernières informations sur le système de contenu utile de Google, consultez ce rapport de Roger Montti de SEJ.

Les mises à jour d’aujourd’hui de Google, motivées par les progrès de l’IA, constituent un bond en avant dans la technologie des moteurs de recherche, combinant des informations basées sur l’IA et diverses perspectives humaines.

Quel est le prix d’une campagne Google Ads et comment établir un budget Google Ads qui vous permettra d’atteindre vos objectifs ?

Avant de rentrer dans le vif du sujet et vous donner plusieurs clés pour établir votre budget sur Google Ads, il nous semble important de vous rappeler l’état du marché publicitaire en France et dans le monde.

En effet, selon les prévisions de eMarketer dans son rapport « Worldwide Digital Ad Spending 2023 », les investissements publicitaires dans le digital vont croître de 10,5%  dans le monde en 2023.

Cette croissance implique aussi que 67% des budgets publicitaires sont aujourd’hui orientés sur le digital ! C’est quasiment les deux tiers de l’ensemble des dépenses publicitaires qui sera investi dans le numérique pour la première fois cette année.

67% des investissements publicitaires sont aujourd’hui orientés sur le digital !

Alors comment sont répartis ses investissements dans la publicité digitale en France ? Et quel serait le poids de Google Ads dans les budgets des annonceurs ?

43% des investissements publicitaires sur le web s’orientent sur le Search (les moteurs de recherche). Autant vous dire que ce budget est attribué à Google qui est le moteur de recherche favoris des Français. En effet, Google détient 92,17% des parts de marchés des moteurs de recherche (Search) suivi par Bing avec 4,24%.

Avec ces informations sur l’état du marché de la publicité digitale en France, vous voilà plus ou moins éclairé sur la répartition du Mix Media.

Maintenant que c’est fait, vous savez que votre présence sur Google est importante et que vous devez être visible sur ce canal qui vous amènera certainement beaucoup de clients et des ventes constantes.

 

Avec quel budget ? Quels sont les indicateurs qu’il faut maîtriser et prendre en compte ? Quels sont vos objectifs et comment les atteindre grâce aux publicités sur Google et sa plateforme de gestion Google Ads ? Et que faut-il analyser, suivre et améliorer lorsque vous lancez vos campagnes sur Google Ads ?

 

 

DÉFINIR VOTRE OBJECTIF POUR VOS CAMPAGNES GOOGLE ADS


Selon les campagnes que vous allez mener sur Google Ads, vous pourrez cibler différents objectifs : trafic, notoriété, ventes … et vous aurez accès à différents formats d’annonces (texte, display, shopping).

 

 


Avec les nombreux outils et les différentes stratégies d’enchères proposés par Google Ads aujourd’hui, il peut être difficile de décider comment établir un budget efficace pour votre campagne. En effet, il ne faut pas oublier que Google Ads fonctionne sur un système d’enchères qui vous permettra d’assurer la visibilité de vos annonces et d’atteindre votre objectif.

Pour un e-commerce, l’objectif est souvent de faire croître son chiffre d’affaires. Un retour sur investissement publicitaire minimum est attendu(le fameux ROAS) ou un coût maximum d’acquisition d’un client (le CAC = coût d’acquisition client ou le CPA = coût par conversion).

Nous pouvons même parler d’un objectif et d’une contrainte.
L’objectif étant la croissance du chiffre d’affaires et la contrainte le ROAS.
La deuxième contrainte sera dans ce cas, votre budget journalier, qui viendra limiter la diffusion de vos campagnes.

Toutefois, si vos campagnes atteignent vos objectifs de vente tout en respectant votre ROAS: il n’y aurait théoriquement pas de raison de limiter le budget de vos campagnes puisque celles-ci sont rentables.

L’objectif de vos camapgnes pourrait être d’attirer tout simplement plus de trafic sur votre site Web ou d’augmenter le nombre d’inscrit sur votre site.
Et comme vous l’avez compris, tout dépend de votre activité et de vos besoins en termes de business et marketing.

 

 

🤓
Astuces : Calcul de votre ROAS (retour sur investissement publicitaire)

 

Le ROAS (Return on Ad Spend) est un ratio qui mesure le retour sur investissement d’une campagne publicitaire.

Il est calculé en divisant le montant total des revenus générés par une campagne et par le coût total de cette campagne.

ROAS = Total des revenus / Coût total de la campagne

Ex : Vous souhaitez dépenser 100€ sur Google Ads et voudriez qu’elle vous rapporte 1000€. Soit multiplier votre investissement publicitaire par x10
Dans ce cas, vous souhaitez obtenir un ROAS de 10 (ou 1000% dans vos paramètre de campagne sur Google Ads)

🤓
Astuce : Calcul du CAC (le Coût d’acquisition Client)

Le CAC, « Coût d’acquisition client », est la valeur qui représente le coût que vous êtes prêt à investir pour acquérir un client sur Google Ads.

Il est calculé en divisant le montant total de vos dépenses sur votre campagne et par le nombre total des conversions de cette campagne.

CAC = Total des coûts / Nb des conversions

En terme de contrôle de gestion, il est parfois plus simple d’utiliser le coût d’acquisition d’un client plutôt qu’un ROAS qui nécessite une connaissance de vos marges et une bonne segmentation de vos campagnes.
En effet vos produits n’ont pas toutes les mêmes marges et par conséquent, vos campagnes ne devront pas avoir les mêmes objectifs de ROAS.

Avec ces objectifs et ces contraintes que vous avez préalablement établis, il est temps de faire des simulations et estimations.
Nous verrons par la suite quelle stratégie d’enchères sera la plus adaptée à vos besoins et quelles sont les solutions proposées par Google Ads pour les atteindre.

 

FIXER LE MONTANT À DÉPENSER PAR MOIS SUR GOOGLE ADS


Pour fixer votre budget il est toujours utile d’exploiter le simulateur de Google Ads. Mais vous pourrez aussi utiliser des outils de veille concurrentielle pour vous situer par rapport à vos concurrents.

 

L’outil de planification des mots clés pour simuler le prix de votre campagne GoogleAds et votre budget mensuel

L’outil de planification des mots clés est un bon point de départ pour faire quelques estimations et connaître le potentiel de trafic que vous pourrez obtenir via des campagnes Google Ads.

L’outil va assez loin. Il vous propose des simulations en intégrant vos valeurs de conversion et le taux de conversion de votre campagne. Il calcul ainsi un résultat sur votre chiffre d’affaires et calcul le retour sur investissement que vos pourrons obtenir.

ATTENTION : il s’agit de simulation ! La réalité est très souvent bien différente de la simulation.

outil de planification des mots clés
Trouvez vos mots clés via Google Ads

 

 

Voici le résultat d’une simulation que nous avons réalisée. Pour l’exemple, nous avons établis des recherches autours des « Poussettes bébé », « poussettes compactes ».

 

simulation budget Google Ads

 

 

Dans la simulation ci-dessus, vous retrouvez les indications que j’ai paramétré quant au Taux de conversion (1%) et la valeur de conversion (200€).

Le simulateur m’indique qu’avec un budget journalier de 110€, ma valeur de conversion (ou Chiffre d’affaires) pourrait s’élever à 17k€. Soit un ROAS à 5,6 et CPA (CAC) à 36€.

Dans ce cas, votre budget mensuel pour cette campagne serait de 3 000€ par mois.

Une fois que vous aurez défini les limites budgétaires mensuelles pour votre campagne, vous choisirez un type de campagne qui diffusera vos annonces. Vous pourrez choisir les campagnes Shoppingcampagnes Performance Maxcampagnes Textuelle avec les mots-clés pertinents ou les produits que vous souhaitez vendre.

 

 

🤓
Rappel : le Coût par Clic (CPC) et CPC maximum

 

 

Il ne faut pas oublier que votre budget et vos dépenses sur Google Ads dépendent de vos enchères que vous êtes disposées à mettre sur un produit ou sur un mot clé.
Le CPC moyen est le prix auquel vous allez acquérir des clics sur un mot-clé donné ou un produit sur Shopping et Performance Max. Le CPC Max étant l’enchère maximum que vous voudriez mettre en place (en gestion manuelle)

Ce même coût par clic (CPC) va varier selon l’objectif souhaité de votre campagne. Généralement il sera plus élevé quand vous serez face à une recherche d’un internaute dont l’intention est d’acheter votre produit.

Mis à part les campagnes dont les enchères sont gérées manuellement, ce sont les stratégies d’enchères automatiques et le Machine Learning de Google Ads qui appliquera l’enchère pour vos mots clés ou vos produits.

Et justement, quelles sont les stratégies d’enchères automatiques de Google Ads qui vous permettront d’atteindre vos objectifs et maîtriser vos dépenses quotidiennes.

 

 

QUELLES SONT LES STRATÉGIES D’ENCHÈRES AUTOMATIQUES DE GOOGLE ADS


Pour atteindre votre objectif, il vous faudra choisir un type de campagne et une stratégie d’enchère adaptée. Voici les différentes stratégies proposées par Google Ads.

 

 

Pour vous orienter dans le choix de votre stratégie d’enchères, nous allons prendre le cas d’un e-commerce qui doit diffuser ses produits sur format Shopping. Dans ce cas, ses annonces seront affichées sous forme d’image (du produits) grâce à son flux de produit importé dans Google Merchant Center.

N’hesitez à lire notre article sur le ROAS vs CPA cible qui sera un bon complément des informations ci-dessous.

 

 

annonce google shopping

 

 

Dans l’exemple ci-dessous les produits sont affichés grâce à une campagne Shopping Standard ou une campagne Performance Max.

 

Les stratégies d’enchères de Performance Max

L’objectif pour un ecommerce étant très souvent la vente de produits, vous aurez la possibilité d’utiliser 2 stratégies :

 

Objectif 1 : Augmenter le nombre de Conversions avec une contrainte de CPA (Coût par Acquisition qui équivaut au CAC : coût d’acquisition client)

stratégie d'enchère Performance Max - Conversions

 

Objectif 2 : Augmenter la valeur de conversion avec une contrainte de ROAS

stratégie d'enchère Performance Max - Valeur de conversions

 

Les stratégies d’enchères de Google Shopping Standard

Nous en parlons ici pour illustrer les stratégies d’enchères, mais sachez que ce n’est pas (plus) ce type de campagne que nous recommandons pour un Ecommerce mais bien les campagnes Performance Max.

Avec les campagnes Shopping Standard, vous aurez la possibilité d’exploiter 3 stratégies d’enchères :

 

1. ROAS Cible : La stratégie d’enchère automtique avec un ROAS cible

2. Maximiser les Clics : La stratégie d’enchère automtique pour Maximiser les Clics et donc le trafic sur votre site

3. Enchère manuelle : La stratégie d’enchère manuelle ou vous pilotez les enchères manuellement==

 

stratégie d'enchère Google Shopping Standard

 

 

Les stratégies d’enchères des annonces textuelles sur le Réseau de Recherche

Pour les annonces textuelles historiques de Google Ads, les stratégies d’enchère ont elles aussi leur automatisations pour vous permettre d’atteindre vos objectifs :

 

 

Les stratégies d'enchères sur le réseau de recherche de Google Ads

 

Ci-dessus les 4 stratégies d’enchères que vous pourrez mettre en place pour vos annonces sur le Réseau de recherche et vos annonces textuelles :

1. Conversion : Tout comme les stratégie automatiques de Performance Max, il s’agit d’augmenter le nombre de Conversions avec une contrainte de CPA (Coût par Acquisition d’un client)La stratégie d’enchère automatique avec un ROAS cible

2. Valeur de conversion : De même pour la valeur de conversion (augmenter votre Chiffre d’affaires) avec une contrainte de ROAS

3. Les Clics : cette option permettra d’obtenir un volume de trafic avec une contrainte facultative d’enchère maximum

3. Le Taux d’impression : Cette option permet d’assurer une visibilité de votre annonce sur le moteur de recherche

 

Vous avez donc le choix entre plusieurs stratégies, tout en limitant votre budget quotidien et « imposer » une contrainte de Retour sur Investissement ou coût d’acquisition d’un client.

Ainsi les algorithmes de Google Ads seront en mesure d’attribuer la bonne enchère à vos campagnes et annonces que vous ayez suffisamment de visibilité et remplir l’objectif choisi.

La magie n’opère pas toujours et vos concurrents sont là pour vous le rappeler. De fait, un suivi de vos campagnes et une analyse régulière est nécessaire. Ce qui nous mène à la dernière partie de cet article : la Mesure et le suivi de vos indicateurs de performance

 

 

MESURER LA PERFORMANCE DE VOS CAMPAGNES GOOGLE ADS


Mesurer et suivre les indicateurs clés de vos campagnes fait partie des tâches récurrentes et importantes de la gestion. Les fluctuations de trafic, de conversions mais aussi d’événements externes sont des facteurs à prendre en compte pour atteindre vos objectifs.

 

 

Une fois que vous aurez établi votre budget, choisi le type de campagne et réglé vos paramètres d’enchères, vous devrez surveiller les performances de celle-ci.

De plus, il sera important de comprendre comment maintenir vos performances au fil du temps.

Voici quelques conseils :

  1. Mettre en place des Rapports sur votre compte Google Ads ou utiliser Data Studio.

  2. Analyser vos données historiques pour avoir une meilleure compréhension des performances passées et prévoir les tendances futures.

  3. Utiliser Google Analytics pour suivre le taux de conversion global de votre site et le comportement de vos visiteurs afin d’améliorer leurs expériences.

  4. A/B tester vos campagnes.

  5. Surveiller et anticiper les fortes périodes de trafic et la saisonnalité de votre activité.

  6. Surveiller vos concurrents.

  7. Mettre en place des animations commerciales et des promos.

 

 


CONCLUSION


 

Définir un budget pour vos campagnes publicitaires sur Google Ads est largement dépendant de votre objectif et du type de produits et services que vous vous proposez.

Connaître vos indicateurs financiers et les contraintes tels que le coût d’acquisition maximum d’un client ou le ROAS cible de vos campagnes est essentiel pour une bonne gestion et répartition de vos budgets.

Votre Coût d’acquisition client ou votre Retour sur investissement publicitaire dépendent de votre stratégie d’enchères et du coût par clic moyen (CPC) de vos mots clés ou produits sur Google Shopping. La maîtrise de ses composants vous permettra d’atteindre vos objectifs.

Surveiller la performance globale de votre compte et des campagnes créés sera nécessaire afin de réagir en fonction des résultats mais aussi du marché (et oui, vous n’êtes pas seule et la concurrence est rude)

Enfin, en suivant vos données historiques et en mettant en place une stratégie de test et d’optimisation, vous pourrez maintenir l’efficacité de votre campagne Google Ads sur le long terme.

 

 

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez besoin de faire le point sur votre stratégie Google Ads et la répartition de vos budgets.

Quels sont « les signaux » du Machine Learning pour optimiser vos enchères sur Google Ads ?

Comme vous le savez peut-être, Google Ads utilise des technologies de Machine Learning (apprentissage) pour gérer automatiquement vos enchères.
Ce sont effectivement les enchères qui déterminent le coût que vous allez payer pour un clic et une visite d’un client potentiel. Et plus globalement la bonne gestion des enchères va assurer votre objectif vente et de retour sur investissement.

Pour comprendre comment et pourquoi vos enchères augmentent ou baisse, il faut d’abord comprendre quels signaux sont valorisés par Google Ads.
Voici les explications 😉


LE MACHINE LEARNING DE GOOGLE ADS


L’objectif du machine learning de Google Ads est de permettre de faire des prédictions sur l’avenir en se basant sur des exemples du passé. Tout cela pour atteindre plus facilement les objectifs de vos campagnes.

 

En matière d’enchères, les algorithmes de machine learning se basent sur des données à grande échelle afin de vous aider à établir des prévisions plus fiables pour votre compte, notamment concernant l’impact éventuel de différentes enchères sur les conversions ou la valeur des conversions.

Les algorithmes de Google Ads vont prendre en compte un très grand nombre de paramètres affectant les performances de vos campagnes, et sans doute bien plus que nous pourrions le faire si nous le faisions manuellement.


QUELS SONT CES SIGNAUX DE CONTEXTE PRIS EN COMTPE PAR LES ALGORYTHMES DE GOOGLE ADS ?


Pour fixer vos enchères et rendre visibles vos annonces aux bonnes personnes et au « juste » prix pour atteindre vos objectifs, les algorithmes de Google Ads vous prendre plusieurs critères qui vont jusqu’aux changements des prix de vos produits !

 

Lorsque vos annonces et campagnes sont lives, Google Ads va prendre en compte un grand nombre de signaux pour optimiser vos enchères.

Ces signaux sont des attributs liés à une personne ou son contexte au moment de l’enchère. Il peut s’agir d’attributs tels que son appareil et la zone géographique, ainsi que d’autres signaux, individuels ou combinés, propres aux stratégies d’enchères intelligentes.

Voici une liste regroupant plusieurs signaux importants.

Appareil
Google Ads peut optimiser les enchères pour les stratégies au CPA cible ou au ROAS cible selon que la personne utilise un mobile, un ordinateur ou une tablette.

Exemple : Dans le cas d’un concessionnaire automobile, les enchères peuvent être ajustées si la personne effectue sa recherche sur un appareil mobile, ce qui signifie qu’il est plus probable qu’elle prenne rendez-vous dans une concession proche de chez elle.

Situation géographique
Google Ads peut optimiser les enchères en fonction d’une zone géographique spécifique (aussi précise qu’une ville), même si le ciblage géographique mis en place par l’annonceur n’est pas aussi spécifique.

Exemple : Dans le cas d’une banque, même si le ciblage géographique de l’annonceur concerne la ville de Paris, les enchères peuvent être ajustées si une personne recherche « nouveau compte chèque » depuis une ville où le taux de pénétration de la branche est assez élevé. Il est en effet plus probable que cette personne fasse une demande d’ouverture de compte.

Intention géographique
Google Ads peut optimiser les enchères en fonction de l’intention géographique d’une personne, en plus de son emplacement physique.

Exemple : Dans le cas d’une agence de voyages, les enchères peuvent être ajustées si une personne recherche activement une destination de vacances que vous proposez (par exemple, « vacances barcelone août »), même si elle ne se trouve pas physiquement dans cette région.

Jour de la semaine et heure de la journée
Google Ads peut optimiser les enchères en fonction de l’heure locale d’une personne et du jour de la semaine dans son fuseau horaire.

Exemple : Dans le cas d’un restaurant, les enchères peuvent être ajustées si une personne effectue sa recherche à 20h un jeudi, période à laquelle elle est plus susceptible de faire une réservation pour le week-end, contrairement à 8h un lundi.

Liste de remarketing
Google Ads peut optimiser les enchères sur les Réseaux de Recherche et Display, et Hotel Ads en fonction de la liste de remarketing sur laquelle figure l’utilisateur. Les Réseaux de Recherche et Display peuvent également tenir compte de la période écoulée depuis qu’il y a été ajouté. De plus, le Réseau de Recherche tient compte de chaque liste à laquelle un utilisateur appartient, pour une campagne ou un groupe d’annonces donnés.

Exemple : Dans le cas d’un marchand de vêtements en ligne, les enchères peuvent être ajustées si une personne a déjà consulté un produit lors d’une visite antérieure sur le site Web, et qu’elle l’ait ou non ajouté à son panier la semaine précédente (plutôt que le mois précédent). Il est en effet plus probable qu’elle souhaite l’acheter bientôt.

Caractéristiques de l’annonce
Google Ads peut optimiser les enchères en fonction de la version d’une annonce, y compris s’il s’agit d’une diffusion sur une application mobile.

Exemple : Dans le cas d’une entreprise de télécommunications, les enchères peuvent être ajustées selon que l’annonce diffusée est la création « Nouvelles offres » ou « Forfaits modulables », ou si elle redirige vers le site mobile ou l’application, en fonction de la version qui a le plus de chances de conduire à une conversion. Pour les campagnes sur le Réseau Display, les enchères prennent en compte les tailles et les formats des annonces qui sont plus susceptibles de générer une conversion.

Langue de l’interface
Google Ads peut optimiser les enchères en fonction des préférences linguistiques de l’utilisateur.

Exemple : Dans le cas d’un site de cours d’espagnol, les enchères peuvent être ajustées pour la requête « apprendre une nouvelle langue » si la préférence linguistique de l’utilisateur est l’anglais. Il est en effet plus probable qu’il souhaite acheter un tutoriel si la langue paramétrée est l’espagnol.

Navigateur
Google Ads peut optimiser les enchères en fonction du navigateur utilisé par l’internaute.
Exemple : Dans le cas d’une entreprise proposant des aliments diététiques, les enchères peuvent être ajustées si une personne effectue sa recherche depuis Chrome, qui présente un taux de conversion supérieur pour cette entreprise par rapport aux autres navigateurs.

Système d’exploitation
Google Ads peut optimiser les enchères en fonction du système d’exploitation utilisé par l’internaute.

Exemple : Dans le cas d’un développeur d’applications de jeux, les enchères peuvent être ajustées si une personne recherche « jeu de réflexion » sur Google Play depuis un appareil Android qui dispose de la dernière version du système d’exploitation. Cet utilisateur sera en effet plus susceptible d’installer l’application qu’une personne utilisant une version moins récente.

Requête de recherche réelle (Recherche et Shopping
Google Ads peut optimiser les enchères sur la base du texte de la requête qui a déclenché la diffusion de l’annonce, pas seulement le mot clé correspondant.

Exemple : Dans le cas d’un marchand de chaussures, les enchères peuvent être ajustées si la requête de recherche d’une personne est « bottes en cuir ». En effet, elle est plus susceptible d’acheter une nouvelle paire de chaussures qu’une personne recherchant « réparer bottes », même si les deux recherches comportent le mot clé en requête large « bottes ».

Partenaire du Réseau de Recherche (Réseau de Recherche uniquement)
Google Ads peut optimiser les enchères selon le site du partenaire du Réseau de Recherche sur lequel l’annonce est diffusée.

Exemple : Dans le cas d’une marque de produits de grande consommation, les enchères peuvent être ajustées si la requête provient d’une recherche plus pertinente sur un site d’e-commerce, dont la probabilité de conversion est supérieure à celle d’un site d’actualités.

Emplacement sur le Web (Réseau Display uniquement)
Google Ads peut optimiser les enchères selon l’emplacement de site sur lequel l’annonce est diffusée.

Exemple : Dans le cas d’une marque de produits de grande consommation, les enchères peuvent être ajustées si l’annonce est diffusée sur un site populaire enregistrant beaucoup de trafic, car sa probabilité de conversion est plus élevée.

Comportement sur le site (Réseau Display uniquement)
Description : Google Ads peut optimiser les enchères en fonction de l’activité d’une personne sur votre site, notamment le nombre de pages vues, la valeur des produits consultés, le stade du processus de conversion atteint et les autres sites auxquels il a auparavant accédé.

Exemple : Dans le cas d’une marque de mobilier, les enchères peuvent être ajustées si une personne a consulté plusieurs canapés coûteux, plutôt que des lampes dont les prix sont inférieurs.

Attributs de produit (Shopping uniquement)
Description : Google Ads peut optimiser les enchères si les attributs sont similaires pour plusieurs produits, notamment le prix, l’état, la marque et la catégorie.

Exemple : Si vous êtes un marchand d’équipement d’extérieur, les enchères peuvent être ajustées si vous ajoutez à vos données produit une tente qui ressemble à certains de vos articles existants qui présentent une probabilité de conversion élevée.

Attributs de l’hôtel et du séjour (Hôtels uniquement)
Description : Google Ads peut optimiser les enchères en fonction des attributs de l’hôtel et des séjours sélectionnés par l’utilisateur.

Exemple : Pour un hôtel donné, les enchères peuvent être ajustées si les notes positives des visiteurs, et l’indication de dates d’arrivée et de départs sélectionnées par l’utilisateur (plutôt que les dates par défaut) sont plus susceptibles de générer une réservation d’hôtel.

Avis des applications mobiles (bientôt disponible)
Description : Google Ads peut optimiser les enchères sur la base de la valeur et de la quantité d’avis d’une application.

Exemple : Dans le cas d’une marque de remise en forme, les enchères peuvent être ajustées si une application présente d’excellents avis et a plus de chances de générer une installation.

Compétitivité tarifaire (Shopping et Hotel Ads uniquement)
Description : Google Ads peut optimiser les enchères en comparant vos tarifs à ceux d’autres annonceurs qui prennent part aux mêmes mises aux enchères que vous.

Exemple : Si vous êtes un marchand d’ustensiles de cuisine, les enchères peuvent être ajustées si vous proposez une excellente offre sur un ensemble de couteaux, par rapport à d’autres annonceurs.

Saisonnalité (Shopping uniquement)
Description : Google Ads peut optimiser les enchères en fonction des tendances de performances à différentes périodes de l’année.

Exemple : Dans le cas d’une boutique de matériel électronique, les enchères peuvent être ajustées si une personne recherche une nouvelle télévision aux alentours des fêtes de fin d’année, période à laquelle la probabilité de conversion est généralement supérieure.


CONCLUSION


En résumé, les algorithmes de machine learning utilisés dans les enchères sont très utiles pour établir des prévisions fiables pour votre compte en prenant en compte un grand nombre de paramètres affectant les performances.

Google Ads peut optimiser les enchères en fonction de nombreux signaux, tels que l’appareil, la zone géographique, l’intention géographique, le jour et l’heure, la liste de remarketing, la compétitivité tarifaire ou encore la saisonnalité par exemple.

Les algorithmes peuvent aider à maximiser la probabilité de conversion pour les différentes campagnes d’enchères en fonction des signaux pertinents.

Les nouvelles fonctionnalités de Performance Max pour optimiser les campagnes publicitaires sur Google

Depuis le lancement de Performance Max, de nombreuses fonctionnalités clés ont été ajoutées pour aider les annonceurs à optimiser leurs campagnes sur Google. Grâce à l’IA optimisée et à Performance Max, les annonceurs peuvent maximiser les conversions de leurs annonces sur le Réseau de Recherche de Google en associant des mots-clés en requête large à des stratégies d’enchères intelligentes.

Performance Max utilise également le contenu des pages de destination, les assets et le flux de produits pour trouver de nouvelles requêtes de conversion et générer des annonces textuelles pertinentes pour l’utilisateur.


OPTIMISER LES RÉSULTATS DE VOTRE INVENTAIRE SUR LE RÉSEAU DE RECHERCHE DANS PERFORMANCE MAX


Exclusion des mots clés
Les annonceurs peuvent également ajouter des mots-clés à exclure au niveau du compte pour améliorer la pertinence de leurs annonces et exclure le trafic indésirable.

Point d’attention : Pour optimiser votre couverture et vos performances, il est important de surveiller attentivement l’impact des exclusions sur votre stratégie publicitaire. Soyez vigilant et ne manquez aucune opportunité de conversion potentielle.

Notez également que Google prend déjà des mesures pour bloquer les annonces liées à des sujets sensibles, tels que le langage vulgaire et la violence, alors soyez conscient de ces restrictions.

Exclusion des marques
Bientôt, les exclusions de marques au niveau de la campagne seront également disponibles pour contrôler les correspondances entre les marques et les annonces. Les annonceurs pourront également importer un flux d’URL de page pour affiner leurs résultats lorsqu’ils utilisent l’extension d’URL finale.

Point d’attention : Pour inclure des marques qui ne figurent pas déjà suer la liste, soumettez une demande d’ajout de marque dans Google Ads.

Flux des pages
L’import de flux d’URL de pages va améliorer les résultats lors de l’utilisation de l’extension d’URL finale dans quelques mois. Ce flux supplémentaire informera l’IA de Google de l’importance de ces URL, sans limitation de correspondance. Si elle est désactivée, les flux de pages simplifieront l’ajout d’URLs spécifiques pour une meilleure performance dans les campagnes à grande échelle.

Point d’attention : Organisez vos URL en utilisant des libellés par thème pour une gestion plus efficace dans une campagne ou un groupe d’assets spécifique.


MESUREZ L’AUGMENTATION INCRÉMENTIELLE DES CONVERSIONS GRÂCE AUX TESTS


Tests
Performance Max propose également des tests pour mesurer l’incrémentalité des conversions en comparant une campagne standard à une campagne Performance Max.

Point d’attention :

  • Formuler une hypothèse claire.
  • Choisir une ou deux métriques pour évaluer la réussite du test.
  • Utiliser les mêmes paramètres de campagne, stratégies d’enchères et cibles que les autres campagnes similaires.
  • Exécuter le test pendant au moins 4 à 6 semaines.
  • Évaluer les résultats avec pertinence statistique et en tenant compte des délais avant conversion.
  • Tirer des conclusions fiables et décider d’implémenter ou non la nouvelle campagne.
  • Se souvenir de consulter le guide des bonnes pratiques pour utiliser les tests Performance Max.

Assets vidéo
Les annonceurs peuvent également utiliser l’outil de création vidéo directement dans la section « Assets » du workflow de campagne Performance Max pour créer facilement des assets vidéo de haute qualité.

Point d’attention : Pour des vidéos réussies, assurez-vous de sélectionner des images pertinentes et de qualité supérieure. Il est également recommandé d’importer autant d’éléments pertinents que possible et de créer plusieurs vidéos en utilisant différents modèles. Cela permettra à l’IA de disposer d’une variété de vidéos pour associer la meilleure option à une audience et un contexte particuliers. N’oubliez pas de créer des vidéos dans différents formats pour une diffusion sur un plus grand nombre d’emplacements pertinents.


COMPRENDRE VOS RÉSULTATS GRÂCE À DE NOUVEAUX INSIGHTS ET RAPPORTS


Rapport sur les groupes d’assets et Insights sur la régulation de budget
Bientôt, vous pourrez retrouver de nouveaux rapports sur les groupes d’assets et des insights sur la régulation du budget seront déployés pour aider les annonceurs à comprendre leurs résultats et à optimiser leur budget et leurs performances.

Point d’attention :

  • Analysez les données pour évaluer l’impact de chaque groupe d’assets sur les performances de votre campagne. Pour améliorer les résultats, ajoutez des assets ou des groupes d’assets à votre campagne Performance Max pour fournir plus de données à l’IA de Google et ainsi maximiser le nombre de conversions et le ROI.

  • Optimisez votre budget pour une stratégie multicanale est cruciale. Pour en savoir plus sur la publicité multicanale et comment les campagnes Performance Max peuvent améliorer votre ROI, consultez le livre blanc Google concernant ce sujet.

En suivant ces conseils, les annonceurs peuvent tirer le maximum de leurs campagnes publicitaires sur Google en utilisant Performance Max.

Optimisation de l’expérience utilisateur pour les sites e-commerce : le cas d’I-run

Le secteur du e-commerce évolue sans cesse, poussant les vendeurs en ligne à améliorer constamment leur expérience utilisateur (UX) pour rester compétitifs. Une session acheteuse compte en moyenne 22 pages consultées selon Contentsquare, laissant ainsi place à de potentielles erreurs sur le parcours client. L’UX est donc essentielle à la réussite d’un site e-commerce, puisqu’elle influence les décisions d’achat. Cet article se concentre sur les meilleures pratiques UX pour les sites e-commerce, en prenant pour exemple le site web du détaillant I-run, spécialisé dans l’équipement sportif.

LES BEST PRACTICE COMMENCENT PAR LA PAGE D’ACCUEIL !

I-run applique plusieurs bonnes pratiques UX. Tout d’abord, une bannière promotionnelle en haut de la page d’accueil avec un carrousel présente cinq offres différentes, captant l’attention des clients et les encourageant à naviguer. Le code promotionnel est ensuite mis en évidence, soit en dessous de la bannière, soit intégré directement au sein de celle-ci. Sur l’accueil, les catégories phares (running, trail et randonnée) sont placées avant la ligne de flottaison, pour un accès rapide et facile.


UNE STRATÉGIE CROSS-SELL DÈS LA PREMIÈRE PAGE !


La page d’accueil présente également les produits phares, sélectionnés selon des critères tels que les tendances, les best-sellers ou la popularité. Ils sont affichés en carrousel, grille ou liste, avec des images de qualité et des informations claires. I-run met aussi en avant des produits d’appel à tarifs compétitifs, tels que des tenues complètes à partir de 65 €.


Les promotions sont incluses dans le menu déroulant situé en haut de la page d’accueil, facilitant l’accès aux offres en cours. Les pages catégories affichent clairement certaines informations telles que les prix barrés, la possibilité de paiement en deux fois sans frais et le nombre d’étoiles sur les vignettes des articles.


DES PAGES LISTING RICHES EN INFORMATION !


Les produits sont classés par « satisfaction client » plutôt que pertinence ou popularité, mettant l’accent sur l’expérience utilisateur et la satisfaction. L’aperçu rapide des articles sans clic est également utilisé, permettant aux utilisateurs de voir le nom, le prix, la réduction et une image en survolant l’article avec la souris.

 

Enfin, les fiches produits suivent les meilleures pratiques e-commerce, avec des informations claires, précises et utiles, des avantages tels que la livraison offerte et des conseils pour choisir sa pointure.

En somme, les sites e-commerce spécialisés dans le retail ont adopté des best practices UX pour améliorer l’expérience client et faciliter le passage à l’achat. Parmi ces pratiques, on retrouve une navigation claire et intuitive, une mise en page et une typographie cohérentes, un affichage des informations produit détaillé et la fourniture d’avis clients, de recommandations d’achat et de possibilité de recherches filtrées.

Smart Bidding : objectif ROAS ou objectif CPA ?

Vous avez découvert le Smart Bidding et vous aimeriez lancer une campagne Google Ads ? Attention de bien prendre en compte certains prérequis : sans données, le machine learning ne peut pas grand-chose pour vous. Alors, si vous hésitez entre une campagne d’enchères automatiques avec objectif ROAS ou objectif CPA, peut-être est-ce une bonne idée de lire ces quelques lignes au préalable. Pour rappel voici les définitions de ces 2 indicateurs :
  • CPA : « Le coût par action (CPA) moyen est calculé en divisant le coût total des conversions par le nombre total de conversions. » C’est très souvant le coût de votre vente, ou le coût de votre nouveau client acquis via votre campagne Google Ads
  • ROAS : « ROAS est l’initiale de « Return On Ad Spent » et désigne donc la mesure du retour sur investissement d’une dépense publicitaire.Si votre ROAS est de 10 ou 1000%, alors cela veut dire que pour 1€ de dépense via Google Ads, cela vous a généré 10€ du Chiffre d’Affaire.
https://www.adenlab.com/news/smart-bidding-comment-fonctionnent-les-encheres-automatiques-de-google-ads/
Smart Bidding : Comment fonctionnent les stratégies d’enchères automatiques de Google Ads

ROAS ou CPA : Comment exploiter ses indicateurs ?

Les enchères automatiques de Google Ads proposent plusieurs stratégies, aussi différentes que le fait de vouloir avant tout améliorer sa visibilité ou d’augmenter le nombre de visites de son site. Parmi les stratégies de Smart Bidding, deux ont tendance à s’imposer :
  • Atteindre un ROAS cible (retour sur les dépenses publicitaires) : La stratégie Google Smart Bidding liée au ROAS a pour objectif d’obtenir autant de conversions que possible en fonction d’un objectif de retour sur les dépenses publicitaires prédéfini. Cette stratégie d’enchères intelligentes peut s’appliquer à une seule campagne ou à plusieurs.
  • Obtenir davantage de conversions avec un CPAcible (coût par action) avec un coût maitrisé : La stratégie de Smart Bidding au CPA cible définit, de manière automatique, vos enchères sur le Réseau de Recherche (également appelé Display). Le but est de générer autant de conversions que possible pour le CPA cible que vous avez défini avant le lancement de votre campagne.

ROAS cible ou CPA cible : qu’en dit Google ?

Les stratégies d’enchères automatiques requièrent toutes un nombre de conversions minimum pour fonctionner. Ainsi, concernant le ROAS et le CPA, on note que Google préconise :
  • ROAS cible: dès qu’une campagne a plus de 100 conversions sur les 30 derniers jours ;
  • CPA cible : dès qu’une campagne a plus de 30 conversions sur les 30 derniers jours.
À savoir, plus vous disposez d’historiques de données de conversions et plus l’algorithme de Google sera précis.

Enchères intelligentes au CPA cible, pour qui ?

Première chose à savoir, utiliser le Smart Bidding avec comme stratégie le CPA cible requiert de bien maîtriser le principe de Google Ads. Cela implique donc que vous ayez déjà lancé plusieurs campagnes manuellement, et que vous connaissiez le coût d’une conversion. Ce que vous souhaitez : optimiser le coût de vos conversions. Ce que Google Smart Bidding va faire : vos campagnes vont être ajustées automatiquement, ce qui implique que certaines acquisitions pourront vous coûter plus cher, mais qu’au final, vos enchères seront équilibrées. Le risque : ne pas disposer de suffisamment d’historiques et mal définir votre CPA cible. L’algorithme ne vous sera alors d’aucune aide. Un autre « risque », le manque de maitrise sur les produits que vous souhaiteriez vendre en priorité. C’est un sujet récurent auquel nous sommes confronté avec nos clients et gestion de compte. Mais sachez que nous avons des solutions et des méthodes pour exploitez au mieux ses « riques ».

Enchères automatiques au ROAS cible, dans quel contexte ?

Ce que vous souhaitez : optimiser la rentabilité de votre campagne. Ce que Google Smart Bidding va faire : Google va ajuster automatiquement vos enchères en fonction du ROAS cible que vous avez défini, afin de maximiser la valeur de vos conversions. Le risque : comme vu auparavant, sans données suffisantes, le résultat ne pourra pas être au rendez-vous. Afin que votre campagne puisse être correctement définie, vous devez avoir cumulé des informations et défini votre ROAS moyen.

CONCLUSION

ROAS cible ou CPA cible : laquelle choisir ?

Parce que la stratégie au ROAS cible reste complexe à paramétrer correctement (vous avez besoin de nombreuses données), il est conseillé de commencer par un objectif au CPA cible ou par une stratégie visant à maximiser vos conversions. Néanmoins, sur le long terme, notamment si vous disposez d’un site e-commerce, le ROAS cible demeure probablement la meilleure solution pour optimiser votre campagne et surtout vos profits grâce au machine learning. Dernière chose, gardez également à l’esprit que si les changements de plafond de CPA n’influencent pas forcément l’algorithme de Google, les fluctuations de votre marché pourront avoir un très gros impact sur l’apprentissage du ROAS cible.

Top 4 des erreurs de flux de produit qui peuvent saboter vos campagnes e-commerce

RECEVEZ LA NEWS DU LAB
Inscrivez-vous pour des actus mensuelles



    Une nouvelle étude de DataFeedWatch a révélé un certain nombre de tactiques d’optimisation des flux de produits des e-commerçants afin d’augmenter les performances de leurs campagnes – et où ils se trompent. De fait nous avons aussi, chez Adenlab, analysé l’ensemble des flux et les erreurs identifiées dans le Merchant Center pour comparer l’étude de DataFeedWatch et les flux que nous gérons.

    Un des premiers constats de l’étude est lié à l’approvisionnement. En effet, depuis le début de la pandémie, les problèmes de chaîne d’approvisionnement ont semé la panique chez les e-commerçants.

    En moyenne, 16% des produits sont en rupture de stock et ne peuvent être achetés par les internautes.

    À l’inverse, ce sont 39,40 % de ruptures de stock chez les e-commerçants français, touchés en début d’année 2022 par la propagation d’Omicron une inflation plus élevée que prévue.

    Il existe également de grandes disparités entre les zones géographiques.  L’Amérique latine a connu l’un des niveaux de disponibilité des stocks les plus bas.

    Ces statistiques de DataFeed Watch se basent sur les informations de 4,5 millions de produits, 15 000 e-commerces et plus de 60 pays.

    En conclusion de ce rapport nous avons identifié des tendances et des erreurs courantes ainsi que des optimisations que vous pouvez appliquer à votre propre flux de produit pour Google Shopping.

     

    Quelles sont les 5 erreurs les plus fréquentes dans les flux Google Shopping ?

    Les problèmes de flux les plus courants incluant souvent des données manquantes ou incorrectes et des attributs mal formatés. Ses informations sont remontées dans les rapports et diagnostics du Merchant Center de Google.

    Il est donc très important de consulter régulièrement  votre compte Merchant Center.

    🤓
    1. Les Informations liées à la livraison

    Les informations sur l’expédition de vos produits sont responsables de 23,49 % de tous les refus de vos produits par Google Shopping (Merchant Center).

    L’expédition est l’aspect le plus gênant de la configuration des données produits. Les erreurs les plus courantes sont : des valeurs trop élevées et des attributs non spécifiés comme le pays d’expédition manquant.

    🤓
    2. Les images de vos produits

    Les problèmes d’attributs d’image sont responsables de 20,32 % de tous les refus. Le niveau d’exigences et de qualité est élevé sur Google Shopping et les principales erreurs d’image incluent :

    • Superpositions promotionnelles sur les images.
    • Images trop petites.
    • Images manquantes ou invalides.
    • Visuels génériques.
    🤓
    3. Les codes GTIN (code EAN pour la France)

    Les problèmes de GTIN représentent 5,5% d’erreurs. L’envoi de valeurs GTIN incorrectes ou l’omission totale de GTIN représentent un peu plus de 5 % des erreurs.

    🤓
    4. Les titres des produits

    25,82 % des titres sur les annonces et produits sur Google Shopping dépassent les 70 caractères. Cela à un impact sur les informations affichées pour l’internaute, car ce même titre est alors coupé dans l’annonce.

    Dans Google Shopping, les titres de produits ont un nombre total de caractères de 150, mais sont coupés après 70 caractères. Étant donné que 25,82 % des titres des fiches Shopping dépassent 70 caractères, des données produits importantes peuvent ne pas être visibles.

    Quels sont les erreurs récurrentes sur les flux Google Shopping dans les comptes d’Adenlab

    L’étude de DataFeedWatch nous a particulièrement intéressés et nous avons voulu comparer ses données avec les données des comptes sur lesquels nous travaillons.

    En effet, l’étude se passe sur un grand nombre de marchands et produits, elle mentionne 4,5 millions de produits pour 15 mille marchands

    Alors, commençons par cette donnée bête et méchante :

    • DataFeedWatch : 4,5 millions de produits / 15 mille marchands : 300 produits par marchand
    • Adenlab : 425 mille produits / 40 marchands actifs : 10625 produits par marchand

    Bien entendus, certains comptes ont beaucoup plus de produits que d’autres, mais le fait est que nous travaillons sur des catalogues beaucoup plus importants. Trop fort Adenlab 😉

    Et sans se vanter, voyons dans les grandes lignes le taux de produit refusé :

    • il est de 3% chez les comptes gérés par Adenlab
    • les données fournies par l’étude de DataFeedWatch (qui pour rappel, n’est pas une agence mais bien un outil pour gérer et optimiser vos flux) :  la moyenne de l’industrie serait de 7 % d’articles refusés

    De fait, que pouvons-nous observer dans nos comptes ?

    Pour cette analyse, nous avons fait le choix de trier le classement des erreurs par le nombre d’articles concernés (et non pas par comptes affectés, qui aurait aussi eu du sens)
    • Le 1er type d’erreur concerne  : le “Non-respect des règles Google qui représente 57% des articles refusés sur l’ensemble des comptes
    • le 2e concerne les images avec des valeurs manquantes dans l’attribut et qui serait le lien de l’image
     

     

    Quelles sont les techniques d’optimisation du flux Shopping les plus utilisées ?

    La plupart des e-commerçants utilisent des tactiques de flux pour augmenter les performances de leurs campagnes. Lorsqu’ils font de la publicité sur plusieurs canaux, différentes données de flux peuvent être requises, ce qui augmente la probabilité que les annonceurs aient besoin d’exploiter des sources de données secondaires.

    Que vous créiez de nouveaux titres ou que vous segmentiez en fonction des « meilleures ventes » ou des marges, l’optimisation des flux de données a un effet positif sur les performances des campagnes.

    Les titres de produits sont les éléments de données les plus optimisés dans un flux de produits. Sur tous les magasins dont les données ont été modifiées, 14 % de ces modifications concernaient les titres des produits. Les annonceurs ont soit modifié plusieurs mots-clés, soit réécrit les titres à partir de zéro.

    Deux annonceurs de e-commerce sur cinq utilisent custom labels pour optimiser leurs campagnes. 13 % de ces annonceurs créent des groupes de produits en fonction du fait que le produit est en vente ou non.

    Lorsque les annonceurs ont segmenté leurs flux en fonction des marges, ils ont constaté une augmentation de 96 % du ROAS.

    64% des entreprises de e-commerce filtrent les produits les moins rentables. Dans presque tous les cas où les marchands coupent des produits, c’est parce que les prix chutent en dessous d’un certain seuil.

    Le prix est la raison n°1 pour supprimer des produits des campagnes. Lorsqu’ils excluent des produits des publicités payantes en fonction du prix de l’article, 90,92 % des spécialistes du marketing choisissent de supprimer les produits en dessous d’un prix spécifié.

    Seuls 9 % des spécialistes du marketing filtrent les produits en fonction des prix les plus élevés.

    Plus de 25 % des e-commerçants fournissent aux plateformes publicitaires des images supplémentaires. Les images supplémentaires montrent généralement le produit sous un angle différent ou avec des éléments de mise en scène. Cela donne aux acheteurs la meilleure idée possible de ce qu’ils achètent et de la manière dont le produit peut être utilisé.

    Au moins un annonceur de e-commerçant sur 10 fournit des informations supplémentaires sur les produits dans le flux en exploitant des sources de données secondaires. Les types de sources de données secondaires utilisées comprennent :

    • Systèmes de gestion des stocks
    • Analytique
    • Feuilles Google

    Vous pouvez télécharger le rapport PDF complet de DataFeedWatch ici . Il comprend plus d’informations sur l’état actuel des achats en ligne, y compris des conseils aux annonceurs pour optimiser et améliorer leurs flux, choisir les bonnes plateformes et les meilleures pratiques pour les campagnes publicitaires payantes.

    SOLUTIONS